Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des clients séduits par une offre diversifiée

réservé aux abonnés

Bio - Des clients séduits par une offre diversifiée
Après le départ en retraite de Michel et Évelyne Devillairs, trois jeunes ont pris la relève : Thomas Moreno (à gauche), Jean-Baptiste Devillairs et sa sœur Emma. Ils sont à la recherche d’un quatrième associé. © Anne Brehier

Trente-six ans après leur installation « hors cadre familial », Michel et Évelyne Devillairs, légitimement fiers du travail accompli, ont passé le relais à la jeune génération.

Originaires du Haut-Doubs, Michel Devillairs, un ancien conseiller en chambre d’agri­culture, et Évelyne, sa femme, ont transformé la ferme laitière de 40 montbéliardes en une PME aux productions bio très diversifiées, sur 198 ha avec transformation et vente directe. Après le retrait du Gaec d’Évelyne en 2018, Michel est parti à son tour en retraite en 2020. Leurs enfants, Jean-Baptiste et Emma (respectivement installés en 2012 et 2017) ont repris le flambeau avec Thomas Moreno, arrivé en tant que hors cadre familial en 2019.

Reprise de flambeau

À Sorans-lès-Breurey, en Haute-Saône, la qualité des produits, l’ambiance conviviale et l’éthique de la famille sont plébiscitées par les clients, toujours plus nombreux. À la ferme, certains joignent l’utile à l’agréable en parcourant l’exploitation en toute liberté, observant ainsi les conditions dans lesquelles les animaux sont élevés. Des visites pédagogiques, ainsi que des portes ouvertes en septembre lors du mois « Bio et local, c’est idéal », sont aussi proposées.

60 % des ventes se font à la ferme, et en partenariat avec l’association Agrobioconso, et 40 % dans des magasins bio spécialisés et l’e-commerce (par exemple avec la plateforme Place du local, www.placedulocal.fr). © Anne Brehier

À l’avant-garde

« Les gens sont de plus en plus demandeurs d’information, note Jean-Baptiste Devillairs. Ils sont ébahis d’apprendre que les porcs sont élevés et transformés dans des locaux chauffés grâce à leurs déjections, qui alimentent une unité de méthanisation. Ils sont surpris par la cohérence et l’autonomie de notre système qui s’inscrit dans le principe d’une économie circulaire et dont l’objectif est l’autonomie. » Le Gaec de They a été pionnier dans le domaine des énergies renouvelables – premier écogîte et troisième méthaniseur de France – et aux avant-postes de l’autoconsommation d’électricité photovoltaïque. Il recueille aujourd’hui les fruits de son engagement. Le développement de l’exploitation s’est fait par étapes, au fur et à mesure de l’arrivée des compétences et de l’évolution de la demande.

C’est en 1996 que Michel et Évelyne se sont convertis au bio en ajoutant à leur atelier laitier (182 000 l/an à l’époque, pour atteindre 700 000 l avec 130 montbéliardes aujourd’hui) la transformation et la vente directe de porcs et de volailles. Ces activités ont démarré avec les moyens du bord et à moindre coût, avant de pouvoir se déployer dans des locaux professionnels.

Farine bio. © Anne Brehier

De nouveaux équipements

Les derniers travaux engagés pour agrandir le laboratoire de découpe et de transformation se sont achevés juste avant le confinement du printemps 2020. Une chance ! « Sans ces nouveaux équipements, jamais nous n’aurions pu répondre à l’afflux de demandes qu’ont provoqué la crise sanitaire et le besoin de réassurance des consommateurs, notent les trois associés. De 8 à 12 porcs par mois en 2019, nous sommes ainsi passés de 15 à 25 en 2020. » Même tendance en viande bovine et en poulets. « Les appels à aider les petits producteurs, les partages sur Facebook ont amené des clients qui fuyaient les grandes surfaces. » Parmi eux, de nombreux trentenaires avec enfants, sensibles au bio, au local, au bien-être animal et aussi aux tarifs raisonnables pratiqués par le Gaec. Les prix de la viande bio correspondent à ceux pratiqués en boucherie. Cela répond à la volonté forte des associés de rendre leurs produits accessibles : « Le but est que l’exploitation tourne, que nous couvrions nos charges avec une rémunération satisfaisante et que les gens soient heureux. »

Une clientèle fidèle

Contrairement à certains points de vente directe, les « clients Covid » sont restés fidèles après la levée du premier confinement. L’accessibilité à proximité de la N57 entre Besançon et Vesoul, la qualité des produits et de l’accueil, ainsi que l’étendue de l’offre l’expliquent. « La monoproduction ne convient plus à la clientèle », analyse les jeunes agriculteurs. Ici, dans le magasin de 30 m2, un peu étroit désormais, une gamme complète leur est proposée grâce aux partenariats tissés avec d’autres producteurs locaux (fromages, yaourts, miel, jus de fruit, vins, légumes…) et un grossiste alsacien.

Anne Bréhier

L’exploitation

Sorans-lès-Breurey, en Haute-Saône

Gaec à 3 associés, 4 salariés, dont un temps partiel, 3 apprentis

Une partie de la main-d’œuvre est salariée de la SARL
(transformation et vente) à laquelle le Gaec vend ses produits

198 ha en bio avec 130 montbéliardes en lait bio (avec robot)

Vente directe de viandes (bœuf, porcs, poulets), d’œufs, de farine
et de pommes de terre.

Chaleur et électricité à partir du méthaniseur (150 kWc de puissance)
et des toits photovoltaïques (254 kWc)

Communication dynamique

Au printemps 2020, avant le premier confinement, Emma Devillairs est passée sur les ondes de France Bleu Bourgogne. En septembre, c’est Julie Andrieu, de France 3, qui débarquait à la ferme avec son équipe pendant une semaine.

« Les retombées de l’émission Les Carnets de Julie ont été énormes, se réjouit Emma. La fréquentation du site internet a bondi de quelques centaines à 5 000 personnes par jour. Des gens du pays, dont des élus, qui n’avaient jamais fait le déplacement sont venus au sein de l’élevage. » Une reconnaissance pour la famille et ses choix initialement atypiques.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !