Sorties de terre l’an dernier, les Serres de la Salamandre sont installées à Lasse (280 habitants), un secteur rural dans le Maine-et-Loire. À proximité d’une usine d’incinération de déchets ménagers, elles valorisent une partie de son énergie. « Ce projet, explique Nicolas Dreux directeur du site, est porté par trois maraîchers de la région nantaise. À Lasse, nous produisons des tomates sur 4,1 ha de serres». Lancée en décembre 2021, la production a nécessité l’embauche – en quatre vagues d’octobre 2021 à avril 2022 - de 60 ouvriers serristes. En pratique, leur recrutement a été transféré à Elioreso, une plateforme de solutions pour l'emploi agricole (1), qui a recueilli 250 inscriptions. 

Évaluer 250 candidats

Pour sélectionner les candidatures, « nous avons utilisé la méthode de recrutement par simulation (MRS). Les 3 maraîchers actionnaires l’avaient déjà expérimentée. Elle nous a fait gagner beaucoup de temps ! Matériellement, je n’aurai pas pu ne serait-ce que lire les CV », admet Nicolas Dreux. Née dans les années 90, la MRS est développée par Pôle emploi qui dispose, dans chaque département, d’une équipe ad hoc (lire encadré ci-dessous). Cette démarche repose sur l’évaluation des « habiletés », autrement dit, des capacités nécessaires pour réaliser un travail. En pratique, celles-ci sont définies avec l’entreprise et les candidats évalués par Pôle emploi lors d’une séance collective d’exercices. Adaptés au travail demandé, les exercices sont notés. Dans le cas des Serres de la Salamandre, l’équipe MRS 49 et l’entreprise ont retenu cinq habiletés : respecter des normes et des consignes, travailler sous tension, maintenir son attention dans la durée, exécuter des gestes avec dextérité et travailler dans des postures contraintes. Avant d’être proposés aux candidats, les cinq exercices ont été testés par six salariés, ouvriers serristes déjà en poste sur les exploitations des actionnaires.

Des profils variés

Avec la participation de Pôle emploi et d’Elioreso, quatre réunions d’information ont été organisées. L’occasion pour Nicolas Dreux de présenter l’entreprise aux candidats, d’évoquer ses valeurs et de préciser les postes proposés. « À l’issue de cette présentation, chacun était libre de s’inscrire – ou pas – à la séance d’exercices collective ». Quatre simulations ont eu lieu, une par vague de recrutement. Pour être retenus, les candidats devaient obtenir 530 points minimum - sur un total de 850 – aux exercices. Nicolas Dreux a reçu chacun d’entre eux pour un entretien individuel de 20 minutes. « Aujourd’hui, explique-t-il, parmi les personnes qui travaillent chez nous, très peu avaient une expérience agricole. Nous avons des gens du bâtiment, un ancien boulanger, un ancien agent de sécurité, etc. Les profils sont très variés ! C’est tout l’intérêt de la MRS, elle ne ferme la porte à personne et permet à l’entreprise de trouver en local ses futurs salariés ». 

(1) Elioreso regroupe l'association nationale emploi formation en agriculture (ANEFA), le service de remplacement et les groupements d’employeurs du Maine-et-Loire.