L’échange de terres entre fermiers est autorisé par la loi lorsqu’il s’agit d’améliorer l’exploitation. D’après l’article L.411-39 du code rural, le preneur peut, pendant la durée du bail, effectuer des échanges ou locations de parcelles qui ont pour conséquence d’assurer une meilleure exploitation. Cependant, il doit respecter un certain formalisme. Le preneur a l’obligation de notifier l’opération d’échange au propriétaire, par lettre recommandée avec accusé de réception.

Le texte précise : « Le propriétaire qui entend s’y opposer doit saisir le tribunal paritaire des baux ruraux dans un délai de deux mois à compter de la réception de l’avis du preneur. À défaut, il est réputé avoir accepté l’opération. »