Les automoteurs d’épandage sont employés en France depuis de nombreuses années. Pendant longtemps, le secteur était largement dominé par Challenger, et sa gamme de Terra-Gator. En 2014, le constructeur américain a décidé de stopper la commercialisation de ses machines sur le Vieux Continent. Les cartes de ce marché furent ainsi rebattues. Différents constructeurs, déjà présents, en ont profité pour étendre leur gamme, pendant que d’autres saisissaient l’opportunité de se lancer. L’ensemble des solutions, proposées aujourd’hui, étaient présentes lors d’une journée dédiée à l’épandage, organisée à côté de Saint-Quentin, dans l’Aisne, par la chambre d’agriculture des Hauts-de-France.

Le Ploeger 5105 peut recevoir une cuve en polyester de 21 ou 25 m³ ou un caisson d’épandage de 25 m³. © P. Denis

Une base de tracteur

Sur la base du Xerion 4200, le Saddle Trac bénéficie d’une cabine suspendue, fixée sur l’avant du tracteur au-dessus du capot. Cette position offre ainsi une plateforme à l’arrière, pouvant accueillir différents équipements. Ces engins sont munis d’un moteur de 462 ch et d’une boîte de vitesses en variation continue. Concernant l’hydraulique, deux circuits équipent la machine, un de 195 l/min et un second de 250 l/min, dédié au système d’épandage. La partie épandage, fournie par Kaweco, se compose d’un bras articulé de 5 m de long pivotant sur 135° à l’avant. La cuve compartimentée, de 16 m³ de capacité en polyester, est installée à l’arrière. Le relevage arrière 3 points est prévu pour recevoir plusieurs types de rampe. Il est possible de monter plusieurs outils (épandeurs, trémies ou encore une lame d’ensilage).

Le Vredo VT 4556 peut être couplé à un enfouisseur de la marque, avec le ZB3 (7,3 et 12 m de largeur) ou le ZBFE (2,7 à 7,2 m de largeur). © P. Denis

Des versions à 3 et 5 roues

Actuellement, deux constructeurs possèdent dans leur gamme des machines à 3 ou 5 roues, avec une simple roue directrice à l’avant. Dernière arrivée sur le marché, Ploeger propose déjà trois modèles. Tous munis d’une transmission à variation continue (0-40 km/h), les modèles AT3103 et AT4103 sont dotés d’un moteur de 400 ch. Ils sont conçus pour accueillir une cuve Inox (8 m³ pour le petit et 12 m³ pour le gros) ou un caisson d’épandage de 12 t. Le modèle AT4103 peut être doté d’une cuve en polyester de 16 m³ ou d’un caisson d’épandage de 16 m³. Le 5105 à 5 roues est entraîné par un moteur Scania de 450 ch. Le constructeur développe actuellement un automoteur à 4 roues de 550 ch. Celui-ci est prévu pour recevoir une cuve de 22 m³. Chez Vervaet, un châssis 3 roues est également utilisé depuis de nombreuses années. L’Hydro Trike, fer de lance des automoteurs d’épandage, se décline dans une version normale et une version XL (5 roues). Cette dernière possède un essieu télescopique pour réduire le tassement au sol.

Le Terra Variant 585, de la firme Holmer, est conçu pour accueillir une multitude de systèmes comme une caisse d’épandage, une cuve à lisier, une caisse pour débarder les betteraves, ou encore une benne pour transborder le grain. © P. Denis

Les deux versions sont entraînées par un moteur de 530 ch et une transmission hydromécanique 0-40 km/h. Sorti cette année, le Quad est une version à 4 roues égales et directrices. Celui-ci dispose d’une puissance de 550 ch et d’une transmission hydromécanique « maison » 0-40 km/h. Il peut être équipé, au choix, d’une cuve de 21 m³ ou d’un épandeur. La tendance actuelle est, donc, au développement de machines à 4 roues.

Jusqu’à 710 ch

Le constructeur néerlandais Vredo présente 2 modèles d’automoteurs d’épandage. Le petit, le VT4556 possède un moteur de 450 ch et une transmission à variation continue 0-40 km/h. Cet engin peut recevoir une cuve en polyester de 19,5 m³, ou en acier de 27 m³. L’épandeur a une capacité de 20 t. Le plus gros, le VT7138 est pourvu d’un moteur V8 de 710 ch et d’une transmission à variation continue 0-50 km/h. Ce modèle existe en 2 ou 3 essieux. Il peut être doté d’une cuve en polyester de 21 m³ (2 essieux) ou 32 m³ (3 essieux). En option, une cuve appelée FlexTank d’une capacité de 25 m³ + 7 m³ peut être montée. À l’arrière, un relevage accueille plusieurs équipements.

La gamme Hydro Trike, de Vervaet, se décline en plusieurs montages. La version Universal Spreader est dotée d’un caisson d’épandage de 16 ou 18 t. Le modèle Vinasse reçoit une cuve de 16 m³ sur l’Hydro Trike et de 20 m³ sur l’Hydro Trike XL. Enfin, un montage « sans tonne » est équipé d’une tourelle sur laquelle est branché le tuyau qui apporte la matière liquide. Pour toutes les versions, un relevage de catégorie 3 est prévu pour accrocher différents outils. © P. Denis

Le constructeur Holmer a aussi fait le choix de se focaliser sur les automoteurs d’épandage à 2 essieux (Terra Variant). Le premier, le 435 dispose d’un moteur de 435 ch et d’une transmission hydrostatique 0-40 km/h. Il peut être muni d’une cuve en matériaux composites de 16 m³. Il est doté à l’arrière d’un relevage de catégorie 3, capable de lever 7 t. Le second modèle, le 585, est équipé d’un moteur de 585 ch et d’une boîte de vitesses Powershift. Un relevage de catégorie 4, capable de lever jusqu’à 8 t, est monté à l’arrière. En complément, l’Allemand a dévoilé, début septembre, un nouveau modèle. Le Terra Variant 650 est pourvu d’un moteur de 650 ch, couplé à une transmission CVT 40 km/h. Il disposera de la même cuve de 21 m³ que la Terra Variant 585.

Si ce marché reste une niche, plusieurs acteurs continuent à innover et proposer des machines.

Paul Denis