Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un contrat d’engraissement sur mesure pour les broutards

réservé aux abonnés

Valoriser ses reproducteurs - Un contrat d’engraissement sur mesure pour les broutards
Dans ses choix de sélection, Florent Meliand privilégie les qualités maternelles, notamment la production de lait. © A. Mabire

Florent Meliand, naisseur et sélectionneur, est à la tête d’un troupeau de 150 limousines. Le contrat d’engraissement de ses broutards prévoit la restitution des performances en fin de lot. Un avantage pour décider des accouplements et valoriser ses reproducteurs.

«Naisseur né », Florent Meliand a de qui tenir. « Ici, on a toujours confié l’engraissement à d’autres, explique l’éleveur de trente-huit ans, installé à Saint-Ulphace, dans le Perche sarthois. Mon père a travaillé avec la même personne du début des années 1990 jusqu’à 2013. Ensuite, nous avons fonctionné avec un voisin et, depuis deux ans, nos animaux partent en Mayenne, à Saint-Pierre-Sur-Orthe, chez Fabien Lefol. » De la même génération, les deux hommes ont défini un cahier des charges précis. « Je lui garantis un lot homogène, avec très peu d’écart d’âge », précise Florent.

Vêlages regroupés

Sur l’exploitation, le calendrier de reproduction est rigoureux, presque rigide : « Un reste de l’époque où nous produisions du porc. » Depuis dix ans, l’intervalle vêlage-vêlage est de 365 à 370 jours maximum. Les IA démarrent systématiquement le dernier lundi d’octobre. « Pendant quatre semaines, j’insémine toutes les vaches que je vois en chaleur, poursuit l’éleveur. Ensuite, l’inséminateur prend le relais, mais quoi qu’il arrive, on ne fait plus aucun rattrapage passé le 31 décembre. » Résultat : cette année, sur 150 vêlages, six ont eu lieu la première semaine d’août, et 122 entre le 7 août et le 10 septembre. « Au 15 septembre, j’étais à 132. Tout sera fini à la fin du mois, ce qui me laissera le temps de remettre le bâtiment en état avant de relancer les IA. »

« J’obtiens de mon engraisseur un retour sur la voie mâle à 17 mois. »

Sélectionneur, Florent garde chaque année entre 20 et 25 mâles qu’il vendra comme reproducteurs. « Je les trie fin mai, lorsque j’ai toutes les cartes en main : les poids à 120 et 210 jours, les notes de pointage au sevrage, les index des parents et la génomie des veaux.  »

Sur l’élevage, la priorité est donnée aux qualités maternelles : le lait et la facilité de naissance. « Mais après, je fais très attention au développement musculaire et à la croissance des veaux, confie l’exploitant. L’idée étant de remettre de la conformation pour aller au moins vers des U, voire des E. » Le tri terminé, les mâles qui restent – 29 l’an dernier et 46 cette année – partent à l’engraissement la première quinzaine de juin. Conformément au cahier des charges, l’éleveur assure leur préparation. Une fois sevrés, ils sont démarrés au foin pendant trois jours. « Ensuite, j’introduis un correcteur azoté – sans OGM – et de l’ensilage de maïs. Je monte tranquillement pour arriver à 12/13 kg au moment du départ. » Florent fait aussi un rappel de vaccin contre les maladies respiratoires, RS, Pi3 et pasteurelles, un vermifuge et une pesée individuelle.

Prix des broutards stabilisé

À l’engraissement, les taurillons sont pesés deux fois, courant octobre et fin janvier-début février. En fin de lot, l’éleveur récupère ces informations en même temps que les données d’abattage – âge, poids et classement –, ainsi que les observations sur le comportement des animaux. Prévue au contrat, cette clause donne un retour sur la voie mâle à 17 mois. « À partir de ces données, je calcule les croissances par animal et je les compare aux origines, explique-t-il. Je sais tout de suite si tel père a donné des veaux qui font une bonne croissance. » L’information peut être un argument commercial. Elle permet aussi d’ajuster les accouplements. « J’ai ces informations avant la deuxième campagne de reproduction. S’il y a des choses à corriger, j’ai encore le temps de le faire. »

En place depuis deux ans, le contrat d’engraissement a également permis de tenir le prix des broutards. En moyenne, sur deux lots, il s’établit à 1 005 € par tête. Naisseur et engraisseur se basent sur la cotation de Châteaubriant (semaine de départ) et retiennent le prix maximum dans la catégorie mâles limousins, 6-12 mois, 300/350 kg, U. « L’an dernier, nous étions à 980 € pour un poids moyen de 335 kg, détaille Florent. Cette année, nous sommes à 1 031 € pour 350 kg. À ces niveaux de prix, je couvre les coûts de production. »

Anne Mabire

Des performances supérieures au standard de race

Cette année, sur 132 vêlages effectifs au 15 septembre, Florent a obtenu 50 % de mâles.
Le contexte

• Installé à Saint-Ulphace dans la Sarthe, Florent Meliand élève 150 vaches limousines.

• Son exploitation s’étend sur 178 ha de SAU, répartis sur deux sites.

Naisseur spécialisé et sélectionneur (voie mâle), Florent a fait le choix de contractualiser l’engraissement de ses broutards en direct avec un autre éleveur.

Le contrat est oral. Les deux hommes se connaissent de longue date.

« Un partenariat solide » Jeanick Willaert, conseillère d’entreprise à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire

« J’accompagne Florent Meliand depuis son installation en 2007. Le partenariat qu’il a noué avec l’engraisseur est de l’ordre du gagnant-gagnant. Leur accord est oral, mais, à mon sens, plus solide que certains contrats écrits, du fait de la réciprocité des intérêts. Leur cahier des charges serait reproductible. Dans le Perche, les contrats d’engraissement passent généralement par les groupements, mais quelques éleveurs font comme Florent. C’est une stratégie qui se développe à la demande des engraisseurs. Dans ce contexte, la grande force de Florent est d’apporter un lot homogène en âge et en poids. »

Le récap
Les points positifs
  • Un retour d’information sur la voie mâle à 17 mois.

  • Prix de vente assuré, qui couvre les coûts de production.

  • Contrat sans intermédiaire.

Les points négatifs
  • Le caractère oral du contrat.

  • Des tailles de lots très variables sur deux ans.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !