Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Méteils : adapter le stade de récolte aux besoins des animaux

réservé aux abonnés

Semis sous couvert végétal  - Méteils : adapter le stade de récolte aux besoins des animaux
Selon les résultats d’essais, quelle que soit la date de récolte du méteil, la prairie s’implante toujours bien. Ici, photo du 8 avril. © A. Mabire

Dans le cadre d’essais sur le semis de prairie sous couvert, la chambre d’agriculture des Pays de la Loire a combiné différents mélanges et plusieurs dates de récolte. Trois stratégies se dessinent.

«Nos travaux s’inscrivent dans un contexte de montée en puissance des prairies semées à l’automne sous couvert de céréales d’hiver ou d’associations céréales-protéagineux. Dans notre région, cette technique donne de bons résultats », a expliqué le 8 avril dernier Stéphanie Guibert, conseillère à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, à l’occasion d’une rencontre « bout de champ » dans l’exploitation de Vincent Noël (lire l’encadré ci-contre).

Sur trois campagnes (2018-2021), quatre mélanges ont été comparés. Ils ont été récoltés à quatre périodes : fin avril (très précoce), autour du 10 mai (précoce), fin mai (intermédiaire) et vers le 11 juin (tardive). Premier enseignement : quel que soit le méteil, plus la récolte est tardive et plus son rendement augmente. « En mai, on gagne environ 130 kg de matière sèche (MS) par hectare et par jour », souligne Stéphanie Guibert.

Dans le détail, à date de récolte identique, le méteil Protéa +, à base d’avoine, de pois fourrager, de vesce, de pois protéagineux et de féverole, produit moins de matière sèche que le mélange mixte (triticale, pois fourrager, vesce, féverole). « Il est toutefois plus performant en matières azotées totales (MAT), avec un maximum de 1 636 kg/ha/an en récolte intermédiaire. » En récolte très précoce, le rendement du Protéa + fléchit : 5,2 t de MS/ha pour un mélange seigle + trèfles annuels. Il est aussi moins qualitatif (9,5 % de MAT et 0,77 unité fourragère lait, UFL, par kg de MS). Ceci étant, cette baisse de rendement est compensée par la prairie. Le rendement global (11,5 t de MS) est équivalent à celui d’un mélange mixte récolté début mai. La qualité exportée reste plus faible : 1 448 kg MAT/ha, contre 1 679 kg, et 9 202 UFL/ha, contre 10 060 UFL/ha.

« Dans nos essais, quel que soit le méteil, la prairie – à base de fétuque élevée/RGA/TB/TH – s’est toujours bien implantée », précise Stéphanie Guibert.

Définir ses objectifs

« Derrière le choix d’un mélange et celui d’une date de récolte, on joue les résultats zootechniques. D’où l’importance de bien définir ses objectifs d’élevage », complète Bertrand Daveau, de la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou. Conduit en agriculture biologique, ce site de 137 ha est dédié à l’élevage de 60 mères limousines : « Depuis dix ans, nous implantons chaque année 10 ha de prairies (ray-grass anglais, fétuque, lotier) sous couvert de méteils. »

Au regard des résultats obtenus, trois stratégies alimentaires ont été mises en évidence. Pour des animaux à forts besoins (vaches laitières hautes productrices, bovins à l’engrais), « on va aller chercher le maximum de valeur alimentaire. La combinaison idéale c’est un méteil riche en protéagineux, avec une récolte précoce », précise Bertrand Daveau. À l’inverse, pour des vaches allaitantes ou des bovins en croissance, un mélange mixte et une récolte tardive pourront être préférés. « Pour ces animaux, on cherche à maximiser le volume », ajoute-t-il. Dite d’équilibre, la troisième stratégie est celle qui produit le plus de protéines par hectare : « On y arrive en associant un méteil riche en protéagineux et une récolte intermédiaire.  »

Anne Mabire

De 6 à 7 tonnes de MS/ha

Éleveur allaitant (45 limousines) et producteur de porcs (140 truies, système naisseur), Vincent Noël est installé sur 58 ha à Beaulieu-sur-Oudon (Mayenne). Sur ses 26 ha de prairies, 5 ha sont semés sous couvert de méteil. Il pratique cette technique depuis 2017. L’éleveur a opté pour un mélange à base de 10 kg/ha de seigle, 21 kg d’avoine, 25 kg de triticale, 50 kg de féverole, 30 kg de vesce commune et 30 kg de pois. Il le récolte début mai, pour un rendement moyen de 6 à 7 tonnes de matière sèche. « Clairement, je vais chercher la fibre plus que la valeur alimentaire, explique Vincent. Ce fourrage est distribué à mes vaches, aux génisses et aux jeunes bovins. »

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le commerce reste fluide

La sécheresse est dans tous les esprits, mais la météo permet un maintien des animaux dans les herbages. Les sorties restent modestes alors que les abattoirs ont des besoins constants pour assurer les commandes de leurs clients.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !