Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Manipuler les brebis sans se faire mal

réservé aux abonnés

Santé et bien-être - Manipuler les brebis sans se faire mal
« Cacher la vue de l’animal permet de le détendre », indique Sophie Laurent, technicienne ovin à la chambre d’agriculture de l’Inde-et-Loire. © Aude Richard

Avec quelques gestes bien placés, il est possible de manipuler les brebis sans douleur pour l’éleveur ni pour l’animal.

Attraper, déplacer, contenir, asseoir, coucher et attacher un ovin sont des actions répéti­tives dans les troupeaux. Ces manipulations peuvent entraîner des troubles musculo­squelettiques ou des accidents de travail. « À l’aube de la quarantaine, il est assez courant de voir des luxations d’épaules ou des entorses de la cheville, en sautant par-dessus la barrière, par exemple », indique Xavier De Mori, conseiller à la MSA Berry-Touraine.

Troubles musculo-squelettiques

Certains gestes permettent de se préserver, en tout protégeant l’animal. Car la brebis ne bêle pas quand elle souffre. Un seul élément signale son inconfort : ses oreilles se penchent en arrière. Sa vue est majoritairement monoculaire : elle voit des formes, mais pas précisément, et son ouïe n’est pas sensible aux conversations humaines. Donc rien ne sert de crier !

Les genoux aident à déplacer l’animal. © Aude Richard

Les attraper

Après un rapide échauffement des épaules et de la tête (cinq minutes sont nécessaires), il convient d’adopter une bonne position – genoux fléchis et dos droit – et de resserrer le parc de contention au maximum. Pour attraper une brebis, il est préférable de ne pas chercher à l’isoler. « Le mouton est un animal grégaire, qui préfère être tassé. Si on le regarde dans les yeux, cela accentue son instinct de fuite », prévient Sophie Laurent, technicienne ovin à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire, et formatrice dans les lycées agricoles.

Une fois dans l’enclos, l’enjeu est de parvenir à attraper la brebis par le jarret. Il convient de ne surtout pas l’agripper par la laine ou le canon, et encore moins par une patte avant. « Elle n’a pas de clavicule. Elle boiterait à vie », insiste Sophie Laurent. Il est également possible de saisir la ganache (le museau) ou le pli du grasset (peau sur le ventre). L’essentiel est de ne pas se trouver derrière la brebis. Il s’agit au contraire d’aller chercher le membre arrière opposé à la main, en diagonale. Une main sur la croupe apaise l’animal.

Pour asseoir une brebis, il faut se positionner à côté de l’animal. Une main se place sous l’encolure, l’autre saisit le pli du grasset extérieur. © Aude Richard

Deux méthodes pour les asseoir

Avant de l’asseoir, l’ovin doit être détendu. Attendre quelques instants en lui masquant la vue peut le rassurer. Deux méthodes existent pour l’amener au sol. La première consiste à faire pivoter son corps pour qu’il bascule sur ses fesses. L’éleveur se positionne à côté de la brebis, une main se place sous l’encolure­, l’autre saisit le pli du grasset extérieur. Il s’agit de faire pivoter la main sous l’encolure vers l’arrière-train. Cette rotation permet ainsi d’asseoir l’animal. « L’astuce est de changer de pied d’appui pour bien le faire basculer, précise Sophie Laurent. Il s’assied donc entre les jambes de l’éleveur, qui a les mains libres. »

Des crochets peuvent aider à attraper les brebis. Il convient de bien les saisir par le jarret. © Aude Richard

La seconde méthode est celle dite de la « patte arrière ». Selon le guide de la MSA « Manipulation des ovins », l’exploitant est agenouillé, la main est placée au niveau de l’encolure, le genou bloque l’éventuelle fuite de la brebis. L’autre main saisit le jarret de la patte arrière opposée en passant sous le ventre. L’éleveur décolle légèrement la patte du sol et l’attire vers lui : un déséquilibre se crée et la bête s’assied. « C’est une méthode à privilégier pour des animaux fragiles et ceux qui sont lourds », souligne Sophie Laurent. La brebis assise peut être immobilisée en bloquant son encolure à l’aide des genoux.

Grâce à ces gestes précis, le dos et les épaules de l’éleveur ne sont pas sollicités démesurément et les soins peuvent être prodigués dans le calme.

Aude Richard

Utiliser ses genoux pour déplacer les animaux

« J’utilise le mouvement de mes genoux, en contact avec les gigots et le creux des épaules, pour faire déplacer les animaux contre les barrières, explique Sophie Laurent, technicienne ovin à la chambre d’agriculture d’Indre-et-Loire. Je place une main sous la ganache pour guider l’animal et, avec l’autre, je pousse l’arrière-train. Le secret, c’est de relever la tête de la brebis en arrière pour ne pas qu’elle voit ses congénères. » Une fois qu’elle est bloquée entre les jambes et la barrière, il est alors possible de lui prodiguer des soins.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !