Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Je nourris mes broutards avec de l’épeautre »

réservé aux abonnés

Aliment - « Je nourris mes broutards avec de l’épeautre »
Karine Millet a introduit de l’épeautre dans son assolement pour produire le mash de ses broutards. © Aude Richard

Dans le Cher, Karine Millet fabrique son aliment à la ferme à base d’épeautre. Une céréale qui convient bien à la complémentation de ses bovins à la ferme à base d’épeautre.

«Nous avons des cultures, alors autant fabriquer notre aliment ! », lance Karine Millet. Cette éleveuse, installée à Crézancy-en-Sancerre (Cher), dispose de 100 ha de céréales, 55 ha de prairies et 4 ha de vigne. Avec un pied dans le vin et un dans la viande, elle élève 45 mères charolaises. « Le fumier des bovins sert pour fertiliser les vignes », explique l’agricultrice qui a repris la ferme, il y a cinq ans, après le décès de son père.

Un aliment « maison »

Deux ans après son installation, elle analyse le système d’exploitation pour diminuer les charges. Elle dispose de cultures (blé, orge, colza, triticale), et décide de se lancer dans la fabrication d’un aliment « maison », sans irrigation, ni équipement pour le broyage. Le conseiller de la chambre d’agriculture du Cher, Yvan Lagrost, l’appuie pour le rationnement, d’abord pour les vaches et les génisses. Elle sème 7,5 ha de luzerne et 4 ha de pois protéagineux qui conviennent aux sols argilo-calcaires. Puis elle s’attaque à un aliment plus technique, celui des broutards en implantant 2 ha d’épeautre, 5 ha d’avoine et 5 ha de triticale.

La balle de la graine d’épeautre diminue la densité énergétique de la céréale et sécurise le mélange. © Aude Richard

Les céréales sont réceptionnées sur une plateforme, sous un bâtiment, séparées par des ballots de paille. Karine emprunte le bol mélangeur d’un voisin et stocke son mélange dans une seule cellule. Au printemps, elle fait appel à la Cuma pour écraser les graines avec un aplatisseur mobile. « Il faut bien une demi-journée pour tout aplatir et les mettre en big-bag. L’organisation progresse avec les années », ajoute-t-elle. Les big-bag sont apportés au champ, dans les nourrisseurs, en fonction des besoins. Karine garde 1,2 t d’épeautre seul pour en distribuer une poignée par jour dans l’auge des veaux.

Croissances maintenues

Lors de la mise à l’herbe, l’exploitante commence à complémenter les mâles avec un mélange : 39 % d’épeautre, 10 % d’avoine, 10 % de triticale, 20 % de pois, 20 % de correcteur azoté à 40 % de matière azotée totale (MAT) et 1 % de minéraux. « La première année, j’ai suivi des recommandations des fermes expérimentales. Aujourd’hui, je limite à 30 % d’épeautre et mets davantage de triticale (19 %). » Le complément azoté limite la quantité d’amidon et diversifie les sources de protéines.

L’éleveuse est satisfaite de son mélange. « Je n’ai pas eu de problème sur mes veaux lors du passage à l’aliment fermier. Leurs croissances se sont maintenues aux alentours de 1 450 g/j à l’âge de huit mois lors de la pesée de fin août, avec des pics jusqu’à 1 600 g/j lors de la période estivale. » En outre, elle estime à environ 20 € l’économie par rapport à un aliment acheté (250 €/t), avec la prise en compte de la main-d’œuvre pour les céréales. Cela donne à l’agricultrice de la flexibilité pour la commercialisation de ses bovins. « Mes achats se limitent à 3 t de complément azoté par an et à un peu de minéral. Comme j’ai du stock, je peux attendre que les prix du marché soient corrects pour vendre mes bêtes. Je connais la qualité de mon aliment et je peux le tracer très facilement. C’est un bon argument pour la vente directe ! », conclut Karine.

Aude Richard

Une céréale riche en cellulose

« L’épeautre et sa balle permettent d’avoir une céréale avec un taux de cellulose élevé et de sécuriser le mélange des broutards. Sa densité énergétique est inférieure aux autres céréales et à la pulpe de betterave, indique Yvan Lagrost, conseiller à la chambre d’agriculture du Cher. Son taux de protéines reste modeste, il faut donc un apport azoté. » Les valeurs énergétiques de l’épeautre sont de l’ordre de 0,75 UFL et 0,69 UFV par kilo brut. Du côté des valeurs azotées, la céréale affiche environ 70 g/kg brut de PDIN, et 75 g de PDIE.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

La demande émanant des pays tiers dope le marché du broutard

La réouverture du marché algérien donne un bon tonus au marché du broutard, dans un contexte où les volumes, bien qu’en progression, ne suffisent pas à satisfaire la demande. Les besoins soutenus pour l’Italie entraînent les prix des charolais de plus de 400 kg à la hausse. L’absence de limite de poids jusqu’au 31 de mars 2022 pour l’exportation vers l’Algérie soutient les ventes des animaux de plus de 450 kg. Sur le marché intérieur, après une fin d’année en demi-teinte, des signes de reprise se font sentir, que ce soit pour la repousse ou pour la mise en atelier d’engraissement.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !