Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Diagnostiquer les carences sur maïs

réservé aux abonnés

Oligoéléments - Diagnostiquer les carences sur maïs
Le déficit en zinc provoque une décoloration internervaire blanche des feuilles de la partie médiane de la plante. © Arvalis

Les symptômes doivent être bien identifiés, car ils sont parfois confondus ou masqués par d’autres facteurs. Exemple avec le zinc et le manganèse.

Les carences en oligoéléments risquent d’être préjudiciables pour la production du maïs, avec parfois un impact de quelques quintaux sur le rendement. Celle en zinc, élément qui intervient dans la régulation du métabolisme de la plante, est la plus observée. Si les carences vraies (présence insuffisante de l’oligoélément dans le milieu) sont plutôt rares, celles induites sont plus fréquentes en sols sableux ou en limons battants, les années à printemps frais et humides.

Sols soufflés

Les situations les plus à risque sont les sols pauvres en zinc, à pH élevé, avec une teneur élevée en matières organiques. Ceux riches en phosphore sont également plus sensibles.

Les maïs carencés en zinc présentent un aspect jaune, vert pâle par foyer. Attention à ne pas confondre avec un déficit en bore, une phytotoxicité à l’isoxaflutole ou à la tricétone.

Une carence en manganèse peut aussi être pénalisante. Elle est observée sur des sols sableux ou limoneux, dont le pH acide à l’origine a été relevé de manière exagérée par chaulage, rendant l’élément peu disponible. Les sols meubles riches en matière organique et/ou riches en calcaire actif, avec une couche travaillée soufflée sont également sensibles. Les parcelles carencées ont un aspect clair à jaune par zone. Seul un apport foliaire est efficace pour limiter ce déficit, qui ne doit pas être confondu avec une carence en soufre ou en magnésium.

Isabelle Escoffier

Carence induite

La carence induite se traduit par une assimilation insuffisante de l’élément par la plante, due aux caractéristiques physico-chimiques du sol (pH, texture, humidité, taux de matière organique…) ou du climat (excès d’eau…).

Les carences les plus fréquemment observées (zinc, manganèse) sont bien souvent induites.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les restrictions à l’exportation de blé en Inde poussent les prix à la hausse

La sécheresse qui sévit dans plusieurs pays du monde, mais aussi le conflit en mer Noire, affectent les prix des céréales à la hausse, blé en tête ce lundi 16 mai 2022.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !