Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les biostimulants doivent encore faire leurs preuves

réservé aux abonnés

Fertilisation du maïs - Les biostimulants doivent encore faire leurs preuves
Une jeune plante vigoureuse, avec un système racinaire bien implanté, offre une meilleure résistance au stress. © Jean-Michel Nossant

Ces produits sont en plein essor, mais pour améliorer la vigueur de la jeune plante, l’apport d’un engrais starter est encore à privilégier.

L’offre de biostimulants, produits qui visent à stimuler le processus de nutrition des végétaux indépendamment des éléments nutritifs qu’ils contiennent, est en pleine expansion. « Les effets attendus sont multiples : développement des racines ou des mycorhizes, amélioration de l’absorption des nutriments, protection contre les stress abiotiques, meilleure croissance des plantules…, résume Brigitte Escale, d’Arvalis.

Certains produits mettent aussi en avant l’amélioration du potentiel de rendement. » En 2019 et 2020, Arvalis en a testé plusieurs (extraits d’algues, substances minérales, micro-organismes, macromolécules organiques), en traitement de semence et en application foliaire, et les a comparés à un engrais starter (de type DAP 18-46-0).

Effets bénéfiques de l’engrais starter

Les essais n’ont pas mis en évidence d’effet significatif des biostimulants par rapport au témoin sur les variables mesurées en cours de culture et à la récolte. « Seul l’apport d’engrais starter permet d’observer une vigueur et une teneur en chlorophylle supérieure. Il permet aussi une précocité de floraison de deux à trois jours en moyenne, ainsi qu’un gain de 1,9 q/ha, rapporte la spécialiste.

Cependant, on n’obtient pas de réponse systématique à la fertilisation starter, notamment dans les sols bien pourvus en phosphore. Elle est recommandée en conditions d’implantation difficiles, sur des semis précoces ou sols peu réchauffés, ou dans des situations avec risque de ravageurs telluriques ou de taupins, où un gain de précocité est un avantage. »

Justine Papin

Calcul de rentabilité

Un biostimulant en traitement de semences coûte entre 12 et 30 €/ha. « Pour le rentabiliser, il faut un gain de rendement de 0,7 à 2,5 q/ha (prix de vente du maïs entre 12 et 18 €/q), estime Arvalis. En application foliaire (prix du produit entre 20 à 30 €/ha), il faudrait gagner 1,2 à 2,5 q/ha. » Compter 3 à 15 €/ha pour le gain de 1,9 q/ha avec un engrais starter (5  kg/ha DAP).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !