Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des plantes de service en maraîchage bio

réservé aux abonnés

Programme PlacoHB - Des plantes de service en maraîchage bio
Les plantes de service sont implantées au pied des bâches plastiques. © Grab

Introduire des plantes de service dans les cultures bio sous abris permet de lutter contre les adventices et d’augmenter la biodiversité.

Le groupe de recherche en agriculture biologique (Grab) d’Avignon (Vaucluse) a testé pendant trois ans l’implantation de plantes de couverture en maraîchage bio sous abris plastiques, dans un double objectif : lutter contre les adventices et favoriser la présence d’auxiliaires prédateurs des ravageurs des cultures. Les résultats viennent d’être publiés. « Nous avons sélectionné onze plantes rustiques, que nous avons plantées au pied des bâches plastiques à l’automne », explique Jérôme Lampion, ingénieur d’expérimentation en charge de ce programme, baptisé PlacoHB (1).

Auxiliaires variés

Excepté la pâquerette et le souci, les espèces ont bien occupé l’espace et régulé les mauvaises herbes. L’essai a également permis de distinguer les plantes les plus attractives pour les auxiliaires. Le sainfoin attire un très grand nombre d’individus. Toutefois, il s’agit essentiellement de prédateurs généralistes. « Le souci, la centaurée, la marguerite ou encore le lautier, la pâquerette et l’achillée ont la particularité d’accueillir un cortège d’auxiliaires variés, des prédateurs généralistes, spécialistes et des parasitoïdes spécialistes. Nous avons retrouvé des colonies de syrphes sur marguerites, des coccinelles et des micro-hyménoptères sur la centaurée et le lotier. »

Le Grab a enfin retenu les espèces performantes sur les deux volets de l’essai : occupation du sol et augmentation de la biodiversité. Sur les onze étudiées, quatre remplissent ces deux fonctionnalités : la centaurée, la marguerite, l’achillée et le lotier. Le sainfoin et l’alysse ont été écartés. La pâquerette et le souci contribuent à la biodiversité, mais pêchent sur la couverture du sol.

Chantal Sarrazin

(1) Plantes couvre-sol comme contribution au contrôle des adventices et à la promotion de la biodiversité.

Bilan positif pour les cultures

L’intégration de ces plantes de service en maraîchage bio sous serre a eu un impact positif sur les cultures de l’essai, aubergine et poivron. Dans les deux cas, la présence des auxiliaires sous abris a augmenté ce qui a eu pour conséquence une diminution des ravageurs (puceron, acariens) des cultures.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !