Ce projet Harpagon cherche à mesurer l’intérêt d’une alimentation de précision. Ce nouveau concept vise à utiliser les nouvelles technologies présentes en élevage (Dac, mesures de la production laitière, bascules…) pour adapter la complémentation des animaux selon les besoins des vaches laitières, et les objectifs de l’éleveur.

Cerner l'intérêt économique

Des essais ont été menés cet été sur 60 vaches laitières de la ferme expérimentale des Trinottières dans le Maine-et-Loire. L’objectif : mesurer les effets d’une variation de la consommation de concentré sur la production laitière. « Nous cherchons à mesurer les performances individuelles des vaches pour voir si pousser à ce point l’alimentation de précision a un intérêt économique, zootechnique et environnemental », précise Amélie Fischer, chef de projet à l’Institut de l’élevage.

Trois cas de figure ont été identifiés :

  • La diminution de la production laitière;
  • La substitution par d’autres fourrages;
  • La baisse de la note d’état.

Établir une stratégie

Caractériser les animaux selon ces trois catégories, permet ensuite à l’éleveur d’établir une stratégie. S’il souhaite faire des économies dans un contexte de prix des concentrés élevés sans altérer son niveau de production laitière, il sera possible de proposer de plus petites portions aux animaux identifiés comme « compensateurs », c’est-à-dire les vaches qui consomment davantage de fourrage, ou mobilisent leurs réserves.

Les expérimentations devraient donner leurs premiers résultats d’ici février 2023.