Fabriqué à partir de résidus viniques (peau, pépins et rafles de raisin), dans deux distilleries Raisinor France de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie, l’ED95 apparaît comme une alternative au gasoil. Il présente deux atouts : débarrasser les vignerons alentour de déchets volumineux et polluants et présenter une faible empreinte écologique. Il dégagerait 95 % de dioxyde de carbone (CO2) en moins et moitié moins d’oxyde d’azote qu’un carburant d’origine fossile. Homologué depuis janvier 2016, l’ED95 devrait séduire les transporteurs à la recherche d’alternatives au diesel, notamment grâce à son tarif attractif (0,85 €/litre). Il alimente déjà une trentaine de véhicules de transport de marchandises et de voyageurs, dont neuf autocars assurant la liaison La Rochelle-l’île de Ré.

Claire Bouc