Équipé d’un vélo à assistance électrique (VAE) qui se recharge grâce à un panneau solaire, Jérôme Zindy, trente-trois ans, roule sans émission de CO2 sur les routes départementales rurales. L’objectif de ce communicant, auteur, avec trois autres aventuriers de la web série 100 km autour, est de donner envie de voyager en région et de mettre en lumière les savoir-faire variés des producteurs.

Ayant fait des voyages leur métier, ils ont souhaité, après le premier confinement, parcourir la France et saluer ceux qui nous nourrissent. Dans un rayon de 100 km autour d’Avignon, l’équipe a rencontré durant l’été 2020 une dizaine d’agriculteurs. Elle s’est lancée dans un nouveau périple à 100 km autour de Strasbourg, du 26 avril au 23 mai 2021.

Recréer du lien

« J’ai grandi à Flaxlanden (Haut-Rhin), un village entouré de champs. Ma nounou, Jeannine, et son mari, Charles, me gardaient après l’école, raconte Jérôme. Ils sont agriculteurs, et je me suis imprégné de leur façon de vivre, des odeurs des moissons, de la présence des animaux. »

Chaque halte est filmée par Bertrand Charron et photographiée par Nicolas Jahan, qui suivent le circuit en VAE. Olivier Lorenti, monteur, se déplace, quant à lui, en voiture électrique. Dès le lendemain du tournage, les vidéos sont diffusées sur YouTube, Instagram, Facebook et leur site.

Des sponsors et offices de tourisme participent aux vingt étapes de l’aventure alsacienne. Malgré de fortes pluies, l’équipe a notamment rencontré la maraîchère Line Schurrer (en photo) au sud de Mulhouse ou encore Didier Adam, éleveur bovin à Wahlenheim, qui emploie trente personnes et a investi dans la méthanisation et une installation solaire. Jérôme Marienne a quant à lui présenté sa filière locale de blé dur pour ses pâtes 100 % alsaciennes.

La web série devrait se poursuivre ailleurs en France et permettre une médiation entre agriculteurs et consommateurs. « Si nous arrivons à recréer du lien entre les personnes, nous nous respecterons davantage, souligne Jérôme. Chacun de nous peut choisir une consommation locale qui rémunère ceux qui donnent tout à la terre, qui ont un rapport à l’essentiel. »

Alexie Valois