« La vigilance s’impose pendant la période où l’enfant met tout à la bouche », mettait en garde Stéphanie Cormier, animatrice au CPIE (1) de l’Aisne, lors d’un atelier sur le thème « Choisir des jeux et jouets sans toxique ». Afin de protéger le tout-petit, il est essentiel d’opter pour un objet adapté à son âge. La matière d’un jouet destiné à un enfant plus grand ne répond pas aux mêmes normes. Les parents doivent, notamment, faire preuve de prudence avec le plastique, qui peut contenir des perturbateurs endocriniens. Oubliez les squishes, ces objets très à la mode. Leur côté mou est donné par les phtalates. Fuyez la vaisselle en fibre de bambou : il a été prouvé que mélanine et formaldéhydes migraient vers les aliments.

Gare au maquillage

Pour la spécialiste, les produits de maquillage pour enfant sont les plus toxiques. Attention également au slime, cette « pâte à prout » gluante et visqueuse qui contient du bore. Et ne vous aventurez pas à la fabriquer, car ses ingrédients forment un cocktail détonnant. Quant aux jouets en bois, privilégiez le matériau brut, non verni. Pour les poupées, préférez le tissu lavable et pour les peluches, les fibres naturelles. À l’heure du recyclage et des bourses aux jouets, Stéphanie Cormier souligne que le « vintage » peut être nocif : présence de bisphénol A, métaux lourds, etc.

Lors de l’achat d’un jouet, elle conseille de se fier aux labels : Spiel Gut, Confiance textile, Oeko-Tex, GS, l’Ange bleu, etc. Mais ils sont peu présents en grandes surfaces.

C. Yverneau

(1) Centre permanent d’initiatives pour l’environnement. Guide 2020 : Jouets : protéger les enfants des substances toxiques, à charger sur www.wecf.org (puis taper « jouets » dans le moteur).