Polaris Ranger
/
  • 1. Avec son look de quad agressif, on s'attend plus à croiser le Ranger de Polaris sur une base militaire que sur une ferme. Les grandes roues ne sont pas les mêmes sur les deux essieux.

  • 2. Finition. La finition du Ranger est soignée avec un levier de vitesses en ligne, un interrupteur électrique pour les ponts et un écran digital. Le rapport engagé y est indiqué. Il est possible de démarrer le véhicule sans être au neutre.

  • 3. Suspension. Les suspensions sont le point fort du Polaris. Equipé en MacPherson à l'avant, le SSV américain embarque des suspensions triangulées avec une barre anti-roulis à l'arrière.

  • 4. Confort. La position du volant est réglable. Les chauffeurs de petite taille le trouvent trop éloigné de la banquette.

  • 5. Ancrage. Le bennage est manuel. Il n'y a pas de point d'ancrage sur la caisse entièrement en plastique.

  • 6. Rapide. L'ouverture de la caisse est de style « pick-up ». Une solution qui permet d'intervenir à une main.

  • 7. Boue. En l'absence de bavette et de garde-boue, le compartiment moteur du Ranger est recouvert de projections diverses.

  • 8. Rangements. En plus des boîtes hermétiques en cabine, Polaris offre de petits casiers de rangement sous le capot.

La motorisation du Ranger de Polaris est assurée par un Yanmar de 900 cm³ délivrant 26 ch. Depuis trois ans, il se décline en version Diesel. Il faudra piocher dans le catalogue d'options pour le transformer en véritable utilitaire.

Henri Etignard, Sébastien Chopin, Corinne Le Gall