EIMA : affluence et nouveautés au rendez-vous
/
  • Nous avons pu arpenter les stands du salon italien de la machine agricole, où se mêlent les tractoristes et constructeurs réputés et les marques plus confidentielles propres au marché du pays hôte.

  • L’un des stands le plus impressionnant reste celui de l’italien New Holland qui joue à domicile. Le full-liner a dévoilé quelques nouveautés, parmi lesquelles, l’arrivée de la transmission à variation continue Auto Command sur les T5, l’élargissement de gamme et le changement de couleur de ses télescopiques, de nouvelles fonctionnalités sur ses moissonneuses non-conventionnelles CR ou encore l’arrivée du T6.180.

  • Le Transalpin profitait surtout du salon pour fêter les 100 ans de son premier tracteur Fiat (rappelons que New Holland fait partit de CNH Industrial, anciennement Fiat Industrial). Pour l’occasion, le tractoriste propose une série limitée de plusieurs de ses tracteurs avec une peinture rappelant la série 90 des tracteurs Fiat, ici un T5 120.

  • Autre local, Maschio, qui, comme New Holland, était venu en force avec toute sa gamme et les bras chargés de nouveautés. On commence par le travail du sol. La gamme de déchaumeurs à disques indépendants s’élargit avec l’arrivée du Véloce en 7 mètres. D’autre part, l’UFO porté change de design pour s’accorder avec les modèles semi-portés. Il adopte notamment la sécurité par lame de ressort. Alors que la bineuse s’équipe de nouvelles options avec des étoiles pour travailler sur le rang, le décompacteur Artiglio gagne en largeur avec des modèles portés repliables de 4,5 et 5 mètres.

  • On continue dans les nouveautés Maschio avec la première présentation de l’élément Chrono (dévoilé à l’Agritechnica) sur un semoir. Le constructeur présentait un semoir porté de 6 rangs ainsi qu’un modèle semis porté de 8 rangs avec l’élément semeur capable de travailler à 15 km/h. Le pulvérisateur porté, à l’état de prototype à Agritechnica, est ici lancé officiellement sous le nom de « Tempo Ultra ». Le modèle traîné s’équipait de nouvelle option avec une mise en œuvre électronique. Enfin, le semoir à dents Primavera s’équipe d’une trémie à double cuve qui, combinée à une double distribution, passe à l’avant du tracteur. Chaque dent est équipée de deux descentes.

  • Parmi les gros lancements de ce salon, il est difficile de ne pas parler des nouvelles déclinaisons du Same Frutteto. Ce tracteur, équipé d’une variation continue qui a déjà fait parler de lui lors de son lancement en mai, persiste et signe. En effet, il est maintenant proposé avec un essieu arrière directeur. Ce nouveau modèle à quatre roues directrices peut fonctionner également en crabe ou en deux roues directrices.

  • On reste chez les italiens, mais on part dans la manutention. Celui-ci tient dans un mouchoir de poche, c’est le nouveau télescopique ultra-compact de chez Dieci. Il affiche des capacités de levage de 2 tonnes pour une hauteur de levage maximale de 4 mètres. Il hérite surtout d’une largeur de 1,55 m et d’une hauteur de 1,90 m.

  • Le salon international fait aussi figure de grand challenger d’Agritechnica pour les halls de pièces, à commencer par les moteurs. Deutz, FPT, Kubota, ou encore ici Cummins montrent leur savoir-faire. Celui-ci exposait son dernier-né, un bloc de 6,7 litres procurant des puissances pouvant aller de 155 à 326 ch. Il procure un couple maximal donné à 1375 Nm. Cummins préconise pour lui un système de posttraitement des gaz incluant en seul module DOC, DPF et SCR.

  • C’est l’une des nouveautés médaillées et même doublement médaillées sur ce salon, le tracteur Ibrido de chez Carraro. Ce tracteur spécialisé se démarque par sa double motorisation. Malgré sa compacité, Il associe un moteur thermique et un moteur électrique alimenté par des batteries.

  • Le manufacturier Mitas envoyait la gomme avec notamment cet impressionnant 1250/50 R32 qui possèdent un indice de charge plus élevée (191B). Sur le stand, on pouvait également retrouver le nouveau 380/85R32 destiné aux automoteurs de récolte, ou encore le 710/50R26.5, un pneumatique pour les remorques.

  • Vous reprendrez bien un peu de constructeurs italiens ? Merlo exposait son nouveau MultiFarmer. La gamme, qui se démarque en possédant un relevage à trois points hydrauliques à l’arrière comprend désormais deux modèles supplémentaires avec le MF34.7 et le MF34.9. Ils possèdent des hauteurs de levage respectives de 7 et 9 mètres.

  • Chez Arbos, on exposait encore le 7000, un tracteur de doté d’un moteur à 6 cylindres. Mais cette fois ce n’est plus un prototype mais une présérie. Le 7260 présent sur le stand est désormais motorisé par un 6,7 l FPT. Ce modèle est donc pourvu d’une motorisation pour l’homologation européenne et reçoit de ce fait de l’Adblue. Il est équipé d’une transmission semi-powershift. Contrairement au modèle exposé il y a deux ans, il possède notamment un relevage avant, un accoudoir multifonction ou encore des distributeurs électrohydrauliques.

  • Le constructeur italien exposait également un nouveau semoir monograines avec le MS 8100 elektro FF. C’est un modèle de 8 rangs semi-porté, équipé d’une trémie de fertilisation de 2 300 l. Ses éléments semeurs devront évoluer dans peu de temps pour être mieux adaptés aux techniques simplifiées.

  • Chez Deutz Fahr, le terminal évolue avec l’arrivée de l’iMonitor de deuxième génération. Cet écran tactile de 10 pouces est le X 35 de chez Top Con. Plus puissant et avec de nouvelles fonctions, il est notamment possible de gérer à distance certaines fonctions, depuis son smartphone avec le système Xtend. De plus, tous les modèles, à partir du 6185 sont désormais conformes à la norme antipollution Tier V.

  • Comet renouvelle et étend sa gamme de nettoyeurs à haute pression pour les utilisations professionnelles. Il introduit notamment le modèle FDX Endurance. Il possède son propre moteur et utilise de l’eau froide. Le fabricant le décline dans trois tailles ou configurations.

  • Un dernier tour par la manutention pour vous présenter le concept de télescopique électrique de l’italien Faresin. Il est développé sur la base d’un modèle compact d’une capacité de levage de 2,6 t.

  • Chez l’équipementier Cobo, un siège avec mémoire de forme utilisant une communication RFID était présenté. Il est aussi certifié Isobus et communique via la technologie BusCan pour gérer ses fonctions depuis un écran.

  • Claas fait évoluer ses tracteurs spécialisés. Présentés il y a deux ans au même endroit, les Nexos adoptent maintenant en option la suspension du pont avant Proactive. Cette suspension équipe déjà les grands frères du Nexos, comme les derniers Arion que nous avions testés au printemps.

  • C’est l’une de ses premières apparitions sur un salon européen, Gehl (marque du groupe Manitou) exposait une chargeuse articulée à bras télescopique. La T650 et la T750 sont ainsi déclinées dans cette variante. La T750 possède une capacité de charge de 3,5 t et une hauteur de levage maximum de 5 mètres.

  • Elle faisait partie des innovations ayant reçu une citation. La mélangeuse automotrice Rotomix de chez Bravo est présentée avec une motorisation FPT capable de fonctionner au biométhane.

  • Dévoilée il y a peu en Allemagne, la plateforme de partage de données Agrirouter s’expose maintenant sur les salons comme ici chez Kuhn.

  • Chez le fournisseur italien Piusi, un module de communication 4G est associé à la distribution pour connaître à tout instant l’état du poste.

  • Difficile d’illustrer et de communiquer sur les avantages d’un nouveau matériau toujours plus solide pour le goutte-à-goutte. Netafim aura-t-il trouvé la parade avec son atelier de slackline, une pratique d’équilibre utilisant une sangle élastique ? Ce qui est sûr, c’est que tous les poids lourds internationaux de la fourniture de goutte-à-goutte exposaient leur solution lors du salon, à commencer par Netafim et son Streamline X.

  • Eima joue la différence avec un hall entièrement consacré aux nouvelles technologies et aux derniers travaux universitaires devant trouver des solutions pour l’agriculture, dans l’industrie et les services. De John Deere à Parrot, nombreux sont les exposants à jouer le jeu. Il était ainsi possible de trouver plusieurs dronistes dont deux proposaient des solutions de pulvérisation localisée et de larguage de capsules. Une grande volière était aussi aménagée pour les démonstrations.

  • On termine par le stand Massey Ferguson, niché au fond du stand Agco. Alors que Fendt et Valtra étaient présents avec au moins 4 tracteurs, Massey Ferguson se contentait, quant à lui, de deux modèles exposés. Cela fait suite à la nouvelle politique de communication de la marque qui souhaite davantage être présente sur le terrain.

Vincent Gobert et Pierre Peeters