Agro 2018 : à la découverte du marché ukrainien
/
  • Pour sa 30e édition cette année, le salon Agro 2018 s’est tenu du 6 au 9 juin 2018 à Kiev. En 2017, il avait attiré près de 170 000 visiteurs, pour plus de 1 200 exposants.

  • Encore omniprésent dans les anciens pays du bloc de l’Est, ces Belarus n’ont pas beaucoup évolué depuis la fin de l’URSS. Présent sur le salon, un modèle que l’on qualifiera de « gold », entièrement doré… Bienvenu en Ukraine !

  • On part toujours plus à l’Est, nous voici en Asie, avec l’un des derniers nés du constructeur chinois Lovol.

  • On continue notre tour du globe pour arriver aux États-Unis. New Holland exposait son tracteur articulé T9. Cependant, ce dernier se différencie des quelques modèles présents dans l’Hexagone. En effet, le pays n’est pas soumis aux normes antipollution, ce New Holland est toujours motorisé avec le Cursor 13… Mais est en Tier 2.

  • Revenons en Ukraine, ce constructeur propose un camion/tracteur sur la base d’un camion Kraz. Il reçoit 6 roues motrices et il développe 330 ch. Il est équipé d’un relevage arrière à 3 points à l’arrière et peut recevoir différents outils (épandeur…) sur sa plateforme arrière.

  • Ah, nostalgie, quand tu nous tiens… En se promenant dans les allées d’Agro 2018, nous croisons plusieurs tracteurs articulés à 4 roues égales de constructeurs locaux, gros moteur, simples, un design taillé à la serpe, cabine avec parfois deux places comme un camion. Pas de doute, ce sont des héritiers des mythiques Kirovets K-700 et autres Belarus T-150. Un Kirovets K-700 était d’ailleurs présent (en bas à droite).

  • On continue dans les tracteurs articulés avec ce Versatile 2375 et ses 375 ch. Le stand de la marque canadienne exposait également ses tracteurs conventionnels.

  • Racheté par le Russe Rostselmash, Versatile comptait également des moissonneuses-batteuses sur son stand. Cependant, aucune trace de la marque russe, ou d’une inscription en cyrillique. Toutes les machines portent la marque Versatile, même la dernière RSM 161.

  • Du côté des moissonneuses-batteuses, on a croisé le constructeur Gomselmash, ou encore cette machine de chez Skif. Elle est construite sur place mais est issue d’une joint-venture avec le finlandais Sampo. C’est donc une Sampo Superior à l’origine.

  • Au milieu de tous ces constructeurs, quelques Frenchies étaient présents. On note notamment un beau stand de Quivogne ou encore Manitou. La présence d’une « petite » charrue Grégoire Besson de 12 corps chez le gros concessionnaire Titan Machinerie, ainsi que la présence d’une machine Lucas.

  • Sans commune mesure, le français le plus présent était au final l’alsacien Kuhn, avec un stand et plusieurs machines disséminées chez des concessionnaires. Le marché ukrainien étant différent du nôtre, le français exposait des machines non commercialisées en France, comme les outils de travail du sol fabriqués en Amérique du Nord dans l’ancienne usine Krause, ou encore les pulvérisateurs automoteurs construits en Amérique du Sud.

  • Les Américains étaient également présents, même avec des plus « petits » constructeurs plus ou moins connus en France. De gauche à droite et de haut en bas, J&M, Great Plains, Orthman, et Blu Jet.

  • Restons de l’autre côté de l’Atlantique avec les différents automoteurs de pulvérisations présents sur le salon. CNH (pour l’Amérique du Nord) exposait le Patriote de chez Case IH et le Gardian de chez New Holland (Anciennement Miller). L’Amérique du Sud était également présent avec le brésilien Stara et l’argentin Pla.

  • Des USA, revenons en France, l’américain Apache, qui a intégré le groupe français Exel faisait stand commun avec le français Berthoud.

  • Au rayon des curiosités, John Deere propose ici des outils, comme des charrues ou des distributeurs à engrais. Dans les deux cas, c’est un partenariat avec un constructeur français, Grégoire Besson pour la charrue et Sulky pour le distributeur à engrais.

  • Autre tractoriste à proposer une gamme large, Massey Ferguson exposait un cultivateur à dents et un semoir monograine. Dans les deux cas, des outils typiquement américains. Il s’agit de modèles tirés des marques du groupe Agco (Sunflower pour le cultivateur et Precision Planting pour le semoir).

  • Au rayon du travail du sol, le marché ukrainien regorge également de constructeurs locaux, avec des machines parfois inspirées du marché nord-américain comme en haut avec Elvorti avec un « cart » et un semoir à dents ou Hervest avec son semoir monograine. En bas, on retrouve un semoir d’une marque locale et un appareil de strip-till de chez Veles Agro.

  • Parmi les curiosités, les camions Ford Otosa. Construits en Turquie, ils sont principalement destinés au marché de l’Est.

  • Une dernière originalité, ce porteur sur 6 roues du constructeur Kas 32. Il peut recevoir un pulvérisateur ou un distributeur à engrais.