Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • GEA a développé un dispositif d’évaluation cellulaire pour son robot de traite Monobox. Le DiaryMilk M6850 permet de détecter en temps réel la mammite de chaque quartier. Il est intégré au circuit de lait et réalise ses mesures sans freiner le flux de liquide. Ces mesures sont réalisées en continu pour chaque vache et à chaque traite. Les données obtenues sont transférées dans le logiciel DairyPlan et peuvent être visualisées directement depuis l’interface web DairyNet. L’analyse des données permet de définir la classe de niveau cellulaire pour chacun des quartiers de chaque vache. Le système nécessite très peu de maintenance et aucun consommable.

  • Kuhn complète son offre de mélangeuses automotrices compactes avec la SPV Intense. Cette nouvelle version se décline en quatre modèles de 12, 14, 15 et 17 m³ de capacité. Le mélange est assuré par une vis verticale entraînée hydrauliquement qui propose une vitesse variable. La fraise de désilage est dotée d’une puissance de 120 ch. Sa descente est régulée électroniquement afin d’adapter le débit de chargement à la densité du fourrage. La largeur du convoyeur est de 650 mm. L’automotrice est animée par un moteur Deere de 170 ch placé à l’avant et à 90° par rapport au sens d’avancement. Pour être en conformité avec les normes antipollution, ce moteur nécessite l’utilisation d’Ad-Blue. Le dispositif Start & Go de redémarrage du moteur est proposé de série. Enfin, la grande particularité de la version Intense par rapport aux modèles Access et Power, c’est son homologation à 40 km/h, qui permet de l’utiliser sur plusieurs sites.

  • Afin de limiter le nombre d’écrans en cabine, Krone propose une commutation automatique des deux caméras sur ses presses à balles rondes Comprima. Cet équipement est surtout utile pour travailler avec un combiné presse-enrubanneuse. Une caméra visualise la chambre de pressage afin de surveiller le système de liage tandis que l’autre surveille la zone de transfert de la balle et la zone d’enrubannage. L’image des caméras est affichée sur le terminal CCI 1200. Le chauffeur choisit la taille de la vidéo et son emplacement sur l’écran. La commutation entre les caméras est automatique, en fonction de l’action qui est en train de se dérouler. Par exemple, la caméra 1 s’affiche automatiquement quand le liage est déclenché.

  • Rabaud se diversifie avec son automoteur Lavicole, une solution de lavage à haute pression pour les bâtiments avicoles. L’objectif est de diminuer la pénibilité d’une tâche particulièrement éprouvante. Trois dispositifs assurent le nettoyage complet du poulailler. Une rampe orientable, montée sur un bras articulé capable d’atteindre 4,50 m de hauteur, possède cinq buses rotatives qui assurent le lavage du plafond et des parois. Un second dispositif nettoie les lignes de vie et les mangeoires. Enfin, une lance manuelle à haute pression sert pour la finition. Derrière, un canon à mousse applique le détergent. Tous ces équipements sont montés sur un chenillard équipé d’un moteur à essence et d’une transmission hydrostatique. L’écartement entre les chenilles peut varier de 1,20 à 1,70 m. Un tuyau d’eau de 100 m relie l’automoteur à un groupe à haute pression installé à l’extérieur du bâtiment. Ce dernier comprend une cuve tampon de 1 000 litres et une pompe délivrant 87 l/min. Ce groupe est entraîné par la prise de force du tracteur ou par un moteur diesel. Rabaud estime qu’il faut compter 3 heures pour laver un bâtiment de poulets de 1 000 m².