Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Joskin renouvelle le fleuron de sa gamme de tonnes à lisier avec l’arrivée de l’X-Trem 2. L’engin reprend les caractéristiques de l’X-Trem mais intègre des évolutions majeures. Ainsi, la tonne à lisier ne reposera plus sur un double châssis, mais intégrera le châssis monocoque heavy-duy directement sur la cuve. Cette solution est héritée des tonnes à lisier Volumetra. La largeur du châssis est de 900 mm à l’avant, puis se rétrécit à 600 mm, au lieu de 760 mm précédemment, à l’arrière. Cette configuration permet de passer des grosses roues. L’X-Trem 2 sera d’ailleurs déclinée en deux versions : le type D pour des pneumatiques de 800/60 R 32 et le type XT pour des roues de 2,02 mm. Chacune de ces versions est déclinée en trois capacités différentes : 16 000, 18 000 et 20 000 litres. Le train roulant a lui aussi été entièrement repensé. Ainsi, le tandem est remplacé par un train hydro-pendulaire hérité des bennes de terrassement. Chaque essieu sera monté sur deux vérins hydrauliques à double effet placés de part et d’autre du châssis. Chacun des essieux est alors lié à ce dernier par une structure triangulaire articulée. L’X-Trem 2 bénéficie d’un l’essieu avant directionnel forcé. Les tonnes à lisier pourront être équipées de pompes Vaccum à lobes.

  • Les deux modèles de pailleuses distributrices de grand volume Castor 134 et 185 viennent respectivement remplacer les Polyfeed 12 et Castor 180. Cette nouvelle stratégie de nom correspond à la capacité des machines, par exemple 18 m³ et 5 balles rondes donne Castor 185. Ce nom s’accompagne d’un design repensé pour gagner en longueur et en largeur utile. Les appareils sont équipés d’une turbine de 1,80 m avec 8 pales pour projeter la paille jusqu’à 18 m. Ces deux nouvelles machines seront disponibles à la livraison pour janvier 2020 à des prix tarifs de 34 000 et 39 000 €. Une porte ramasseuse ainsi qu’un second poste de commande figurent au catalogue des options avec la toute nouvelle commande électrique et la goulotte universelle à 270°.

  • Peu de temps après leur lancement, les presses à balles rondes et carrées de la gamme Fendt reçoivent une amélioration technologique. Le système Intelligence Hay permet de tracer les balles grâce à un fil ajouté aux liants, résistant aux intempéries, à la chaleur et contenant une puce RFID. Cette dernière mesure et enregistre des données relatives à la balle, comme la qualité du fourrage, sa position GPS, le taux d’humidité, le nombre de couches, la présence d’additif et les dimensions. Les puces sont positionnées dans le fil de manière à n’en disposer qu’une seule par balle. Chacune révèle ainsi les caractéristiques de la botte sur laquelle elle est accrochée. Ce lot d’informations est ensuite envoyé sur un cloud. Les balles peuvent ainsi être traitées et entreposées en fonction ces données. Les informations sont consultables sur l’application BaleLink disponible sur PC, smartphone ou tablette. L’agriculteur ou l’entrepreneur peut choisir de laisser un accès à son client ou à un autre agriculteur. Il assure ainsi la traçabilité des bottes. Par ailleurs, la gamme de presses du constructeur allemand accueille désormais une enrubanneuse Rollector 160. Elle est capable d’enrubanner des balles allant jusqu’à 1,60 mètre de diamètre. En outre, la Rotana V adopte le design retravaillé en 2018 de ses sœurs. La presse à haute densité Squadra de Fendt n’est pas laissée à l’abandon. Elle accueille désormais le système de coupe Procut avec 26 couteaux. Tous sont positionnés dans un tiroir amovible pour les changer aisément. Ils y sont disposés en deux groupes, pilotés séparément de manière hydraulique, afin de doubler la longueur de coupe.

  • Horsch a levé le voile cet été sur un pulvérisateur automoteur complètement revu. Toujours baptisé Leeb PT, la machine conserve une architecture avec une cabine avancée, suivie du moteur et de la cuve. L’offre comprend trois modèles, pour trois capacités de cuve. Les Leeb 6.300 PT, 7.300 PT et 8.300 PT disposent respectivement d’une capacité de 6 000, 7 400 et 8 000 litres. Les deux plus grosses capacités sont équipées de cuves en inox, alors que le modèle de 6 000 litres reçoit une cuve en polyéthylène. Elles sont toutes munies du rinçage en continu CCS Pro, développé par la marque. Les rampes, disponibles jusqu’à 42 m, sont maintenant montées sur parallélogramme. De plus, elles intègrent le système de suivi du sol Boom Control, et jusqu’à 42 coupures de tronçons. Ce nouveau PT développe 310 ch et répond à la norme Tier V. Le moteur est couplé à une transmission hydrostatique. Cet automoteur repose sur un châssis central avec une suspension hydropneumatique des roues à bras indépendants. Pour la cabine, Horsch fait appel à une carcasse Claas issue des automoteurs de récolte de la marque. Son habitacle a totalement été revu. À l’intérieur, l’accoudoir CommandArm intègre un joystick multifonctions ainsi qu’un grand écran tactile. Cette cabine est homologuée classe 4, le plus haut niveau de protection du chauffeur. Contrairement à leurs prédécesseurs, ces machines devraient venir fouler nos terres. Mis à part le plus gros modèle, les deux autres pulvérisateurs seront en effet commercialisés en France.