Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Le cœur de gamme du tractoriste allemand Claas franchit les dernières normes de dépollution en vigueur. Ils conservent tous les motorisations et les cylindrées des tracteurs Tier 4F. Ce sont toujours des blocs DPS (Deere) de 4,5 et 6,8 litres pour les Arion et des blocs FPT (CNH) de 6,7 l pour les Axion. Tous ces modèles bénéficient maintenant d’un régime de 650 tr/min lorsqu’ils sont à l’arrêt. La gamme et le design actuel sont inchangés. La transmission semi-powershift Hexashift intègre un limiteur du régime moteur pour se rapprocher au plus près d’une transmission à variation continue. Le terminal tactile Cebis évolue également. En effet, il dispose d’une troisième fenêtre principale affectée aux commandes Isobus. Il est aussi possible d’afficher deux caméras simultanément sur l’écran. D’autres évolutions sont à noter en cabine, avec l’arrivée d’un siège Grammer Dual Motion, ou encore d’une vitre arrière teintée, accompagnée d’un nouveau toit ouvrant. Un éclairage LED, et des feux de jour font aussi leur apparition. L’Axion 800 se dote d’une nouvelle option pour son hydraulique avec une pompe délivrant 205 l/min contre 110 l/min en standard et 150 l/min en option sur les modèles actuels. De série, il bénéficie également d’une conduite d’un second retour libre de série.

  • Une nouvelle version de la rampe de semis Duo-Level vient d’être ajoutée au catalogue du constructeur italien Alpego. Celle-ci arbore un tout nouvel élément semeur à doubles disques. C’est donc une solution de plus dans la gamme de rampes pour s’adapter à un maximum de conditions.

  • Väderstad déploie dans sa gamme le compteur de semences SeedEye pour le calibrage automatique du semoir. Après avoir été installée sur les Rapid, cette option devient désormais accessible sur la gamme Spirit. Si l’essentiel des capteurs est déjà disponible, le logiciel pour le calibrage automatique devrait faire son arrivée en janvier. Ce compteur de semences, précis à la graine près, ne requiert pas forcément des graines calibrées pour fonctionner.

  • Le néerlandais Vredo présentait lors d’Agritechnica un dispositif pour faciliter les opérations de ravitaillement de ses automoteurs d’épandage VT dans le cas d’une utilisation pour des produits liquides. L’idée est de faciliter les manœuvres pour gagner du temps, mais également pour que des chauffeurs moins expérimentés puissent la réaliser. Le dispositif utilise des capteurs sur le bras de pompage de l’automoteur. Une caméra à infrarouge (l’opération peut ainsi être réalisée de nuit) placée sur le bras détecte la forme de l’entonnoir. Des capteurs vont ensuite calculer la distance qui les sépare. Une fois toutes les informations détectées, le système envoie un message au chauffeur sur le terminal. Pour des questions de sécurité, c’est à ce chauffeur d’activer l’opération de connexion avec un appui sur un bouton. Le bras est alors automatiquement connecté. De plus, un autre système complémentaire est proposé par le constructeur. Des capteurs, placés sur le cône de la citerne de transport, détectent si le bras est bien connecté. Un module électronique, placé sur la cuve de transport va pouvoir commander l’ouverture de la vanne de la citerne de ravitaillement et envoyer un message au chauffeur pour lui signaler. L’automoteur d’épandage va alors commencer le pompage automatiquement. Ce système est indépendant du dispositif de connexion automatique. Ce kit est adaptable sur les différents modèles du marché. Il sera monté sur chaque tonne de transport. Vredo présentait ces dispositifs pour la première fois sur le salon. Une production en série se fera en fonction des retours du terrain.