Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Fliegl fait évoluer sa gamme de remorques à fond poussant avec l’ASW 391 Taurus. Cet engin à châssis tridem est conçu pour le transport de l’ensilage. Ce monstre affecté au transport combine des parois latérales de 2,30 mètres avec une capacité de 50 m³. Son poids total autorisé atteint 31 tonnes. L’équipement comprend une suspension de flèche hydraulique avec une hauteur d’attelage réglable rapidement. Le timon étroit est hérité de la gamme TP de Fliegl afin d’offrir un meilleur angle de braquage. Le train de roulement est suspendu par un dispositif hydraulique BPW. Outre la suspension hydraulique et les gros tambours de frein, les pneus larges (800/45 R 26,5 au maximum) réduisent le tassement du sol. Sur cette nouvelle Taurus, Fliegl propose des feux arrière entièrement en Led. Petit clin d’œil aux fabricants automobiles allemands, le clignotant est dynamique avec des segments qui vont de l’intérieur vers l’extérieur.

  • Le constructeur wallon Joskin propose trois nouveaux jeux de barrières à adapter sur ses bétaillères Betimax, y compris sur les modèles déjà en circulation. Les barrières pivotantes sont une solution de base simple misant sur une structure en profilés carrés. La structure en tubes ronds des barrières télescopiques est longue de 2 m au transport et s’étend à 3,60 m, avec un verrouillage automatique dans les deux positions. Elle se replie soit en portefeuille sur l’arrière de caisse (pour les endroits exigus comme une entrée d’étable), soit en la pivotant le long de la bétaillère. La plage totale d’ouverture atteint donc 270°. Enfin, les barrières pivotantes sur rails représentent la solution la plus haut de gamme. Roulant sur un rail fixé à la paroi de caisse, elles sont tirées de manière progressive et linéaire. Le chariot de roulement est pourvu d’une charnière permettant aussi de faire pivoter la barrière sur plus de 150° en toute position du rail. Disponibles en 3,50 m de longueur de base, elles se déclinent aussi en 4,50 m pour les caisses de 6 m, 7,50 m et 9 m. Toutes sont pourvues d’un segment inférieur coulissant pour ménager le garde-boue du passage de roue.

  • Les chargeurs télescopiques du constructeur allemand Kramer seront désormais équipés d’un moteur conforme à la norme antipollution Stage 5. Cette évolution concerne l’ensemble de la gamme, du KT 276 au KT 559. Le KT 276 est équipé d’un moteur Kohler de 68 ch. De leur côté, les modèles KT 306 à KT 429 sont toujours équipés du bloc Deutz de 135 ch. Pour atteindre la norme Stage 5, le dispositif de traitement des gaz d’échappement intègre un catalyseur DOC, un SCR et un filtre à particules. Enfin, les deux modèles de 5,5 t de charge utile, le KT 557 et le KT 559 sont équipés d’un moteur Deutz de 156 ch. Deux types de cabines sont proposés sur les modèles compacts avec charge utile entre 3 et 4 tonnes (KT306 à KT407). La machine avec cabine standard est conçue pour les bâtiments d’élevage, avec une hauteur de 2,31 mètres, pouvant être réduite à 2,26 mètres avec des pneus de 20 pouces. Si la hauteur maximale de la machine n’est pas un facteur limitant, il est possible d’opter pour une cabine surélevée de 20 centimètres offrant une meilleure visibilité, en particulier sur la droite. La grille Fops, qui protège le conducteur contre les chutes d’objets, a été améliorée pour offrir un meilleur champ de vision. Pour ce faire, les traverses de la grille extérieure ont été recourbées pour s’adapter à l’angle de vision du chauffeur. Toujours sur la cabine, un renfoncement dans le plancher et la nouvelle disposition des marches facilitent l’accès. Parmi les autres modifications apportées, on peut noter l’arrivée d’un accoudoir gauche. Les modèles KT 306 à KT 559 reçoivent désormais un quatrième mode de direction, la « direction flexible marche en crabe ». Celle-ci permet de bloquer l’essieu arrière, tout en offrant la possibilité d’orienter librement l’essieu avant. Cette solution est utile pour tasser un silo ou curer une stabulation.