Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Emily présente la solution Agility sur sa pailleuse traînée Vulcano. Cette centrale hydraulique était demandée par les éleveurs, gênés par les interférences entre le cardan et les bras de relevage dans la configuration classique et à la recherche d’un braquage à grand angle sans arrêter la prise de force. La centrale hydraulique Agility se positionne sur le troisième point du tracteur, contrairement aux solutions habituelles où elle est installée sur l’avant de la pailleuse. Ainsi, les casses mécaniques liées à la présence du cardan près des roues et des bras inférieurs sont supprimées. Selon Emily, il est possible de braquer à 82° en maintenant le cardan parfaitement aligné avec le tracteur. Il n’est donc plus nécessaire de débrayer la prise de force pour réaliser les manœuvres dans les couloirs exigus. Il reste possible d’utiliser la pailleuse sans la centrale hydraulique. Si l’éleveur souhaite atteler un tracteur de 80 ch ou plus qui possède le débit suffisant pour faire fonctionner la pailleuse sans centrale hydraulique, il peut dételer l’Agility et n’atteler que la pailleuse en branchement hydraulique direct. Si l’éleveur utilise le même tracteur pour alimenter la pailleuse et la faire fonctionner, il peut dételer très rapidement au niveau des flexibles hydrauliques, sans démonter le cardan. L’Agility s’adapte sur un attelage à 3 points de catégorie 1 ou 2 et peut être employée avec des matériels d’autres marques. Le débit hydraulique est de 47 l/min pour un régime de 540 tr/min. Un boîtier électrique pilote les fonctions de la pailleuse.

  • Maschio-Gaspardo propose désormais deux nouvelles barres de semis en complément de la trémie frontale PA2 SF munie d’une double cuve (1 200 et 800 litres). SF signifie semis et fertilisation dans la nomenclature Maschio-Gaspardo. Les deux barres de semis, Centauro et Primavera, possèdent cette caractéristique. Le Centauro SF est disponible dans deux versions : à simple disque Vortex SF ou à double disque droit Corex Plus SF. Chaque élément possède une double descente indépendante pour le dosage de deux produits différents sur la même ligne. Ces barres de semis se combinent aux herses rotatives Aquila et Toro en 5 et 6 mètres de largeur de travail. Une roue de rappui est proposée en option. De son côté, le Primavera SF s’adresse aux adeptes des TCS avec des socs droits. Là aussi, chaque élément est équipé d’une double descente indépendante et il est possible de régler le point de chute du deuxième produit à trois profondeurs différentes. Le Primavera SF est disponible en 6 mètres, avec 40 ou 48 éléments disposés sur 4 rangées.

  • Claas s’attaque au remplacement de ses terminaux d’entrée de gamme Operator et Communicator II avec l’arrivée du Cemis 700. Ce terminal Isobus va être progressivement déployé à partir de l’automne 2020. Il embarque dix touches Isobus d’accès direct, rétroéclairées et un sélecteur rotatif. L’écran est tactile et bénéficie d’un contraste important pour augmenter sa lisibilité. D’une taille de 7 pouces, il possède une commutation automatique jour/nuit. Une prise caméra permet d’afficher des images en temps réel provenant de deux sources différentes. Pour la partie Isobus, le Cemis 700 prend en charge les commandes Aux-O et Aux-N ainsi que les fonctions UT1 et UT2. Il pourra être utilisé pour piloter les combinaisons de faucheuses avant/arrière Disco, les presses à balles rondes Rollant 540, les presses à haute densité Quadrant et les remorques autochargeuses Cargos.

  • C’est le lancement surprise de l’été : une nouvelle moissonneuse-batteuse chez New Holland, sur un segment de marché où le constructeur n’était pas encore présent. La CH est une machine hybride, ou Crossover comme préfère l’appeler son concepteur, c’est-à-dire qu’elle embarque un système de battage conventionnel avec une séparation par double rotor. On pourrait résumer son concept par un battage de CX couplé au Twin Rotor de la CR. Pour le moment, l’offre comprend un seul modèle, la CH7.70, qui se décline en versions classique et latérale pour les terrains vallonnés. La motorisation est assurée par un bloc maison Cursor 9 délivrant 374 ch de puissance maxi et conforme à la norme antipollution Stage 5. Le système de refroidissement est celui de la CX8. Le système de battage à deux éléments est constitué tout d’abord d’un batteur lourd de 606 mm de diamètre suivi par un tire-paille. La vitesse du batteur est régulée depuis la cabine par le biais d’un nouveau variateur hydraulique. Le système de battage est associé à la technologie Opti-Thresh bien connue sur les New Holland, qui s’adapte aux conditions et à la maturité de la récolte en repositionnant tout simplement l’arrière du contre-batteur sans qu’aucun outil soit nécessaire. Quand la section supérieure articulée du contre-batteur est écartée du batteur, l’action de frottement est plus douce, au profit de l’amélioration de la qualité de la paille. Derrière le tire-paille, la séparation est assurée par deux rotors qui reprennent le concept Twin Rotor de la CR. Les rotors de 3,45 m de longueur offrent une surface de séparation de 2,9 m². Ce système requiert seulement deux modifications des réglages pour passer des céréales au maïs. Sous les rotors, la CH possède un caisson à triple cascade issu de la gamme à 6 secoueurs. La table de préparation est séparée en deux parties pour créer une nouvelle cascade. Avec le dispositif Opti-Fan, le régime du ventilateur varie en fonction de l’inclinaison longitudinale. Ainsi en montée, il diminue de 1,25 % par degré d’inclinaison tandis qu’en descente, il augmente de 2,5 % par degré d’inclinaison. À l’arrière, la CH propose trois modes de gestion des résidus avec un mode maïs en plus des modes broyage et andainage. Le broyeur change de position en pressant les boutons situés sur le côté gauche de la machine. En mode maïs, il devient possible d’éparpiller les panouilles sans engager le broyeur. Pour l’éparpillage des menues-pailles, New Holland reprend le dispositif à entraînement hydraulique utilisé sur les CX 7 et CX 8.