Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Le constructeur breton Sky débute la commercialisation du Methys, son nouveau déchaumeur à disques indépendants. Sa particularité est d’être conçu sur la base du semoir Maxidrill. Conçu dans le Nord, au sein de l’ex-usine Roger, le Methys est conçu pour travailler entre 4 et 8 centimètres de profondeur. Le travail est assuré par deux rangées de disques crénelés, concaves et ondulés d’un diamètre de 530 mm. Particularité du Methys, le réglage de la profondeur ne s’effectue pas en faisant pivoter le châssis par rapport au rouleau, mais en faisant pivoter les bras de disques, comme sur un semoir. Sur ce modèle de haut de gamme, le réglage est exclusivement hydraulique. Dans le même état d’esprit, le seul rouleau proposé est celui du semoir, c’est-à-dire un train de pneumatiques. Le Methys se décline pour le moment dans les deux largeurs de travail de 6 et 8 mètres. Le premier est rigide en configuration de travail et s’appuie sur deux paires de roues à l’avant. Le modèle le plus large se compose de trois éléments indépendants, disposant chacun d’une paire de roues à l’avant.

  • Patura a développé une solution de contrôle des clôtures électriques par GSM en partenariat avec Luda Farm, le spécialiste de la surveillance à distance. L’application Patura.Luda.Farm est disponible sur App Store et sur Play Store. La version de base est gratuite, et elle offre des informations sur l’état de la clôture mises à jour toutes les 24 heures. Dans la version Alarm +, qui nécessite un abonnement de 60 euros par an, l’actualisation des données a lieu toutes les 4 heures. En cas de chute de tension sur la clôture, l’éleveur reçoit directement un message d’alarme sur son portable. Le module GSM Patura à installer sur la clôture peut être équipé d’une alimentation solaire en option. Toujours parmi les solutions optionnelles, Patura offre la possibilité de débrancher l’alimentation électrique via le smartphone.

  • Horsch lance une nouvelle gamme de semoirs monograines Maestro qui se décline en deux versions : Maestro V avec le doseur AirVac et Maestro X avec le doseur AirSpeed. Les modèles CV et RV sont ainsi équipés du doseur AirVac qui fonctionne par dépression, c’est-à-dire sur le principe de l’aspiration. Les modèles CX et RX sont, quant à eux, équipés d’un nouveau doseur pneumatique AirSpeed opérant en pression. Avec l’AirSpeed, le flux d’air pulse les graines à une vitesse de 60 km/h et les accompagne jusqu’au sol pour éviter les rebonds dans le tube de descente. La vitesse de semis peut atteindre 20 km/h. De son côté, l’AirVac est conçu pour travailler jusqu’à 10 km/h et se concentre surtout sur le semis précis à faible profondeur des petites graines. Comme l’AirSpeed, il peut semer du maïs et du tournesol mais il s’exprime surtout dans le colza et la betterave. Dans les deux cas, les réglages ont été simplifiés. Seule la quantité d’air arrivant sur le disque doit être réglée en fonction de la taille des graines. Ce réglage se fait directement depuis la cabine. Le changement d’interrang au niveau des éléments s’effectue grâce à un système de fixation par mâchoire sur la poutre. La nouvelle gamme se décline en modèles portés RV et RX de 8 à 12 rangs et de 45 à 80 cm d’écartement et des versions traînées Maestro CV (AirVac) et CX (AirSpeed) de 8 à 36 rangs et de 45 à 80 cm d’écartement.

  • Sur ses pulvérisateurs traînés Metris 2 et Oceanis 2, Kuhn propose un système d’essieu suiveur simple à accrocher. Avec le Track Assist, l’agriculteur évite la tâche pénible d’accrochage des liens mécaniques entre le tracteur et le pulvérisateur. En effet, ce nouveau dispositif est composé de deux gyroscopes, l’un sur le tracteur et l’autre sur le pulvérisateur. Ce dernier est aimanté afin d’être positionné sans difficulté. Les deux gyroscopes communiquent entre eux afin de déterminer l’angle de braquage entre le tracteur et le pulvérisateur et de garantir le suivi des traces de roues. Le Track Assist fonctionne entre 2 et 22 km/h. Relié au boîtier électronique du pulvérisateur, il offre un réalignement automatique de l’essieu lors des marches arrière. Il est également possible de piloter manuellement l’essieu afin de simplifier certaines manœuvres.