Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Le constructeur breton Pichon fait évoluer son offre de tonnes à lisier, à la faveur de son rachat par le danois Samson. La nouvelle gamme SV est donc une solution standardisée avec de nombreux prééquipements. En optant pour cette pratique, Pichon augmente la rentabilité du produit tout en réduisant les délais de fabrication et de livraison. La gamme SV anticipe l’interdiction des buses palettes à l’horizon de 2025. Ainsi, sa préconfiguration est conçue pour s’adapter aux divers équipements d’épandage tels que les rampes à pendillards, les rampes à patins et les enfouisseurs à dents. Parmi les autres nouveautés sur cette gamme, on retrouve un châssis intégré, compatible avec les trains roulants bogies et tandem ainsi qu’un entraxe d’essieu supérieur à 1,80 m qui permet un PTAC optimisé à 28 tonnes, contre 24 tonnes sur les modèles classiques du marché. Pour améliorer le débit de vidange et maîtriser les doses selon la matière organique, des options additionnelles sont disponibles sur le circuit tel que l’accélérateur de vidange hydraulique et un débitmètre associé au système DPA. La nouvelle gamme reçoit le système de pilotage iControl 7S avec écran tactile de 7 pouces et joystick.

  • Claas profite du changement de moteur avec le passage à la norme antipollution Stage 5 pour faire évoluer son chargeur télescopique Scorpion. Sur les modèles à petit châssis (635 à 1033), le mode de fonctionnement de la pédale d’approche évolue. Désormais, comme les modèles à grand châssis, les petits Scorpion bénéficient d’une course de pédale d’approche continue à freinage proportionné. L’approche est donc nettement plus précise pour les travaux délicats comme le gerbage de palettes. Cette solution modifie aussi le comportement à vitesse élevée sur la route avec un freinage plus sécurisé. Les fonctions hydrauliques de travail évoluent aussi. Les nouveaux composants de dernière génération assurent une répartition optimisée des flux hydrauliques entre les différentes fonctions. Avec un débit hydraulique de 160 l/min sur les petits châssis, la vitesse d’exécution est nettement plus élevée et il est possible de réaliser plusieurs mouvements en même temps.

  • Le constructeur tchèque Bednar étend son offre en dévoilant l’Efecta CE 12 000, un semoir de 12 mètres de largeur. Cette machine traînée est conçue pour abattre jusqu’à 200 ha/j. Elle embarque une trémie de 6 000 litres. Cette dernière est répartie à 62/38, soit des capacités de 3 720 litres et 2 280 litres. Il est ainsi possible d’incorporer de l’engrais au semis. L’Efecta peut travailler sur différents types d’itinéraires et possède des éléments semeurs, montés sur parallélogramme. Leurs espacements peuvent être de 12,5 ou 16,7 cm. La ligne de semis peut être précédée par plusieurs options, comme une ligne de disques Turbo, ou une rangée de lames niveleuses Crushbar. Cette machine est IsoBus. Elle peut également appliquer un dosage en fonction d’une carte de préconisation. Enfin, la largeur de 12 mètres est divisible en quatre sections de 3 mètres pour réaliser de la coupure de section.

  • Le constructeur belge Dewulf vient de dévoiler sa nouvelle arracheuse de pommes de terre automotrice à 4 rangs. Cette machine se différencie tout d’abord, en reposant sur 6 roues, et notamment quatre pneumatiques à basse pression de 750 mm de largeur à l’arrière. Le constructeur annonce ainsi une pression au sol d’environ 1,5 kg/cm². Avec cette configuration, le report de charge est plus important sur l’arrière, ce qui déleste l’avant et préserve mieux l’état des buttes avant l’arrachage. L’emploi d’un double essieu à l’arrière permet également de monter des roues un peu plus petites à l’avant et donc de raccourcir la machine et son rayon de braquage. À l’avant, les pommes de terre sont arrachées avec deux tapis de 1 460 mm de largeur. L’Enduro est équipée de série avec des diabolos et du contrôle automatique de la pression. Par contre, le contrôle automatique de la profondeur d’arrachage est en option. Derrière, les tubercules passent sur les chaînes de tamisage qui font la même largeur du début à la fin. Il en résulte une plus grande capacité de nettoyage. Cette arracheuse embarque également la possibilité d’incliner le module de nettoyage entre 0 et 12 degrés pour s’adapter aux conditions d’arrachage. Les tubercules sont conduits en trémie par un nouvel élévateur en anneau. Sa capacité et son ergonomie ont été revues pour transporter jusqu’à 200 t/h. La trémie possède une capacité de 15,4 m³. Elle est combinée à un élévateur avec une hauteur de chargement comprise entre 2,6 1 et 4,20 m.