Trois ans après leur installation dont La France Agricole avait parlé à l’époque, Baptiste et Mathieu Mégard ont développé leur ferme dans les différentes dimensions que la proximité de l’agglomération rouennaise leur offre.

Le distributeur automatique

Les deux agriculteurs ont commencé leur activité par la production de légumes qu’ils vendent en direct. L’investissement dans un distributeur automatique a été réalisé afin de fournir aux clients un service 24 heures sur 24 et se libérer de la main-d’œuvre. Un marché fermier vient d’être mis en place sur l’exploitation afin de remédier au pic de fréquentation le samedi matin et au manque de contacts avec les clients.

La ferme pédagogique

Baptiste Mégard a rapidement perçu la demande du public, et particulièrement de l’univers scolaire de renouer avec l’agriculture. Il accueille donc maintenant de nombreuses classes et leur montre son travail quotidien. Cette nouvelle activité a demandé aux agriculteurs de développer tant la production animale que végétale. « Il y a d’abord une profonde sympathie envers le monde agricole », observe l’agriculteur de 28 ans.

Porcs de Bayeux de la ferme Saint-Aignan. © Renaud d’Hardivilliers

Travailler en réseau

« On ouvre également à d’autres producteurs issus de la Région Normandie pour étoffer notre gamme de produits », explique Baptiste Mégard. La vente directe est un moyen de commercialisation d’autant plus pertinent que la gamme de produits est large. Mais ne pouvant pas tout produire lui-même, Baptiste Mégard a choisi de s’appuyer sur d’autres exploitants de la Région de la Normandie. « Moi je suis vraiment content de travailler avec d’autres producteurs, pour les faire connaître et pour bénéficier de la qualité de leur produit », affirme le jeune maraîcher.

Planche de production de légumes. © Pierre Geyer

La ferme emploie maintenant 2,5 personnes puisqu’après l’installation de Mathieu, les frères Mégard ont fait le choix d’employer un apprenti.

Renaud d’Hardivilliers