Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un secrétariat national renouvelé pour mener la lutte syndicale

Confédération paysanne
 - Un secrétariat national renouvelé pour mener la lutte syndicale
De gauche à droite : Jean François Périgné, Cécile Muret, Laurent Pinatel, Nicolas Girod, Christine Riba, Thierry Jacquot et Temanuata Girard. © Confédération paysanne

Faisant suite au congrès électif d’avril, la Confédération paysanne a élu ses secrétaires nationaux. Revenu des paysans, contrôles en exploitation et industrialisation de l’alimentation sont quelques-uns de leurs dossiers prioritaires.

Ce 1er juin 2017, la Confédération paysanne présentait à la presse son nouveau secrétariat national, qui comprend cinq nouveaux visages. Deux élus ont vu leur mandat renouvelé. Réélu porte-parole national, Laurent Pinatel annonce un mandat « tourné vers la dynamique syndicale » en vue des élections professionnelles de 2019.

Mais au-delà d’un succès de son syndicat aux élections des chambres d’agriculture, l’objectif est d’« aider un maximum de paysans à relever la tête et à retrouver du sens à leur métier », rappelle-t-il. Et pour cela, l’année sera centrée sur la déclinaison du rapport d’orientation présenté lors du congrès de Muzillac, en avril, intitulé « L’urgence d’un revenu pour les producteurs ».

La « lutte contre l’industrialisation de l’agriculture » sera poursuivie, en étroite relation avec celle « contre l’industrialisation de notre alimentation, a expliqué le porte-parole qui veut aussi se battre pour la population qui, faute de revenu, subit son alimentation. Loin de nous l’idée de stigmatiser les pratiques agricoles, mais il faut revoir les politiques publiques. On a lancé l’agriculture sur les rails du productivisme et c’était nécessaire. Aujourd’hui il faut tout remettre à plat, voir comment sortir de ces rails et repenser notre contrat avec la société. »

Une éleveuse comme secrétaire générale

C’est notamment dans la campagne pour l’alimentation que s’était investie jusqu’à aujourd’hui la nouvelle secrétaire générale Temanuata Girard, à la tête d’un élevage de bovins et ovins bio avec transformation et vente directe, dans l’Indre-et-Loire.

Nouveau secrétaire national référent sur le lait, Nicolas Girod, producteur de lait à comté dans le Jura, sera lui aussi impliqué dans le groupe de travail sur l’alimentation.

Christine Riba, qui produit du raisin de table et gère un gîte dans la Drôme, reprend notamment les dossiers bio, OGM, semences.

Thierry Jacquot, qui produit et transforme notamment du bison américain dans les Vosges, porte les revendications du syndicat sur la présence du loup. Une présence qui menace l’activité des éleveurs et a un coût énorme pour la société, avec « des coûts de protection pour les troupeaux de 23 millions d’euros, auxquels s’ajoutent 3 millions d’indemnisations versées aux éleveurs et les salaires de tous les fonctionnaires qui traitent ces dossiers… »

Faire bouger les lignes des contrôles

Cécile Muret, installée en maraîchage, légumes de plein champ et céréales dans le Jura, sera chargée des questions sociales de l’installation à la retraite en passant par le foncier et les droits sociaux. Mais c’est aujourd’hui d’abord sur les contrôles en exploitation qu’elle souhaite faire bouger les lignes, suite au drame survenu dans la Saône-et-Loire.

« Avec la manière dont nous sommes traités et broyés par l’Administration, dans une conjoncture difficile, il suffit d’un moment de faiblesse et on peut tous péter un câble », a-t-elle lâché, insistant sur la « violence inouïe » avec laquelle ces situations peuvent être ressenties par des exploitants… qui n’ont même pas touché les aides pour lesquelles ils sont contrôlés.

Enfin, Jean-François Périgné, mytiliculteur, complète le nouveau secrétariat national où il représente les paysans de la mer. Après avoir organisé l’an dernier six rencontres entre paysans de la terre et paysans de la mer dans des départements littoraux, la Confédération paysanne « travaille à renouer des liens » entre ces professions que beaucoup de problématiques lient : changement climatique, qualité des eaux, gestion de la ressource…

B. Lafeuille

Un moratoire sur les contrôles

Laurent Pinatel est revenu sur le sujet des contrôles dans les fermes, réclamant un moratoire. Le syndicat a annoncé qu’il se portera partie civile lors de l’information judiciaire sur la mort de Jérôme Laronze, militant de la Saône-et-Loire.

« Il n’est pas celui qu’on décrit dans la presse comme un forcené ou un ultra-violent », a assuré Laurent Pinatel, estimant qu’il s’agissait plutôt d’« un paysan à bout ».

Envoyer un médecin plutôt qu’un gendarme

« Si on a le signal d’alerte qu’il faut protéger les contrôleurs, ce ne sont pas les gendarmes qu’il faut envoyer, mais un médecin », poursuit-il. Car c’est le signe que l’agriculteur est « quelqu’un qu’il faut accompagner et soigner ».

Après une réunion avec le nouveau ministre de l’Agriculture, Jacques Mézard, la semaine dernière, « nous avons l’impression que faisant suite à ce qui est arrivé il y a une volonté de discuter de la façon dont se déroulent les contrôles », de la part des autorités.

AFP

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER