« Le ratio stock/consommation mondiale de céréales (hors riz) est attendu à 19 % à la fin de la campagne 2011-12, alors que la FAO situe la zone d'alerte vers 18 % », observe Michel Ferret, chef de service des marchés et études de filières à FranceAgriMer.

« Cette année, comme il y a deux ans, la production céréalière russe va dépasser la production américaine. L'Ukraine développe sa production de maïs et disposera d'un disponible à l'exportation très important cette année : de 8 à 10 millions de tonnes (Mt). L'UE s'attend aussi à une excellente récolte de maïs, comprise entre 62 et 63 Mt. En blé, l'Allemagne a un disponible en exportation de 1,5 Mt, contre 3 Mt l'an passé. En revanche, ses surfaces en maïs ensilage (destiné notamment à la méthanisation) progressent fortement, à 2 millions d'hectares. La France a moins exporté vers les pays tiers sur le début de campagne, en raison de moindres achats de l'Egypte ; le débouché libyen permettra peut-être de compenser en partie. L'orge, plus chère que le blé ou le maïs, voit ses incorporations en alimentation animale se replier ».

Réalisation : Marine Gramat