« La tension céréalière dans le monde est tout à fait manifeste en Méditerranée », a souligné Sébastien Abis, administrateur du CIHEAM (Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes), le 27 janvier, à la convention annuelle InVivo.

« La consommation de blé dans le monde a augmenté de 9 % depuis 2004, elle a augmenté de 25 % dans les pays d'Afrique du Nord, où la consommation de céréales est très forte et où 50 % du budget des ménages est encore consacré à l'alimentaire. Quand les prix doublent, il y a une tension par rapport à l'accès à l'alimentation », a-t-il expliqué.

« Il y a trois chiffres à mettre en parallèle : l'Afrique du Nord, du Maroc à l'Egypte, c'est 2 % de la population mondiale, 18 % des importations mondiales de blé en moyenne ces dix dernières années, et c'est 6 % de la consommation mondiale de blé », a précisé Sébastien Abis.

Entre 1990 et 2010, la population des pays du sud de la Méditerranée, du Maroc à la Jordanie, a progressé de 80 millions d'habitants, « soit une Egypte en plus à nourrir », a-t-il également relevé.

Marine Gramat