Christian Abadie, associé à son frère dans le Gers, a fait le constat que ses terres ont perdu la moitié de leur teneur en matière organique en l'espace de vingt ans de labour. Pour enrayer cette perte, ils sont passés en 2001 à un système de semis direct, avec rotation, absence de travail du sol et couverture permanente. En dix ans, ils ont récupéré la matière organique perdue et leur système est devenu...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
77%

Vous avez parcouru 77% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !