Fondée en mars dernier, la Maison de la bio réunit 10 000 entreprises du secteur et entend devenir l’interlocuteur privilégié pour défendre et faire valoir l’agriculture biologique. « Il y a pléthore de nouveaux labels. On est en train de diluer la valeur du label bio. Cette dilution est un problème », a expliqué Philippe Laratte, vice-président de la Maison de la bio, en conférence de presse le 18 octobre. La Maison de la bio souhaite développer une communication efficace basée sur des faits scientifiques. Ne bénéficiant pas de financements publics, elle dit posséder « une liberté de ton » et être indépendante.