Avant le 23 mars, Audrey Bourrust était présente tous les jeudi et samedi sur le marché d’Auch, pour y vendre les produits de son élevage de porcs noirs gascons. Quand le marché a fermé, il a fallu réagir vite. « Avec huit copains présents aussi sur le marché, on s’est regroupés pour organiser des livraisons à domicile dès le samedi suivant, raconte-t-elle. Mais on n’a tenu qu&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !