La charpente du bâtiment a été installée par un prestataire extérieur, et les époux se sont chargés de l’aménagement intérieur et du montage des bardages. Ceux-ci sont constitués de tôles en bac acier perforé posées sur un bardage en bois plein qui monte à 1,2 m. Cet ensemble protège les animaux tout en favorisant la circulation de l’air. Les aires paillées sont curées et désinfectées trois fois par an après le départ de tous les animaux depuis les pignons.

Michel

Bataille dispose d’un petit tracteur sans cabine, adapté pour cette tâche. « Nous avons aussi la possibilité de curer les cases une par une, car le bardage du long pan est démontable, précise l’éleveur.

Avant leur départ, les agneaux sont pesés dans le couloir de circulation. « Ils y accèdent facilement grâce à un pont-levis que j’ai fabriqué », expliqueMichel. Le circuit est fluide.

Avant l’embarquement, les agneaux sont ensuite regroupés dans une case près du pignon afin de faciliter le chargement dans le camion.