Cela faisait quelque temps que nous voulions passer derrière le volant des Valtra T4, la quatrième génération de T.

Présentés en 2014, ces tracteurs ont reçu des évolutions au printemps 2017 avec l’arrivée d’un accoudoir complètement repensé, intégrant un joystick et un écran tactile. Avec un style plus trapu et plus moderne, le design est réussi et commun à tous les tracteurs actuels du constructeur. À l’extérieur comme à l’intérieur, ils n’ont plus grand-chose à voir avec la génération précédente.

Nous étions, par conséquent, impatients de nous faire un avis. Nous avons pris les commandes du T174 Direct. Valtra annonce une puissance maximale de 175 ch et une puissance avec boost de 190 ch. Ce tracteur est motorisé par un bloc AgcoPower de 7,4 l. Comme presque tous les modèles de la gamme, il est décliné en quatre versions de la plus simple à la plus équipée : Hi-Tech, Active, Versu et Direct.

Une cabine bien rangée

Notre T174 est une version haut de gamme et reçoit une transmission à variation continue. Après une première impression favorable, prenons le volant. Comme sur les modèles inférieurs, le Scandinave nous réserve un accès au poste de conduite très aisé, avec trois marches en pente douce. Nous prenons place dans une cabine à cinq montants. Elle offre une belle visibilité. L’habitacle intègre de grands vide-poches, mais on ne dénombre aucun rangement fermé. S’il semble de bonne facture, l’accoudoir est, quant à lui, clairement haut de gamme. Intelligemment pensé, ergonomique et correctement fini, celui-ci fait sortir le tractoriste de son image de forestier, qui lui colle à la peau. Cet accoudoir intègre les distributeurs électrohydrauliques et les principales commandes du tracteur.

Pour convaincre les derniers irréductibles, le Finlandais se dote d’un écran tactile, ergonomique et intuitif. La dalle tactile répond tel un smartphone et la navigation est simple. Les principaux réglages sont accessibles en moins de trois clics. Le duo est un franc succès. Il est complété par un joystick multifonction qui nous a laissés dubitatifs. Ses commandes sont facilement identifiables et son fonctionnement est intuitif. Toutefois, son design et son ergonomie tranchent avec la modernité de l’écran et de l’accoudoir. C’est dommage.

Une conduite simple

Du côté de la conduite, la transmission se gère à la pédale ou au joystick. Ce dernier possède une course en croix. Plus nous poussons et plus nous avançons, et inversement pour décélérer. Avec un clic à gauche, nous stoppons le tracteur. Avec un clic à droite, nous activons la vitesse mémorisée. Elle se modifie simplement avec la molette placée sur le joystick, avec ce dernier tout seul ou encore depuis l’écran tactile. La transmission à variation continue Valtra se différencie de la concurrence en conservant quatre gammes de travail (A, B, C et D). Elles se passent simplement avec les deux boutons situés sur le joystick.

Nous avons travaillé avec un rouleau frontal et un semoir combinés à une herse rotative. Les commandes principales sont présentes sur le joystick et deux boutons sont paramétrables selon nos activités. Depuis l’écran, deux régimes moteurs sont mémorisables. Nous avons aussi la possibilité de paramétrer des butées hautes et basses de régime moteur. La vitesse cible et ce dernier sont activables en même temps. Nous sommes alors à même de choisir une priorité entre l’une des deux consignes.

Au terme d’une journée de prise en main, le T s’est montré confortable et ergonomique. Finalement, même si le joystick, taillé à la serpe, n’a pas trouvé grâce à nos yeux, la finition ainsi que le niveau d’équipements proposés répondront aux cahiers des charges de la plupart des vos chantiers.

Pierre Peeters

Dans sa finition la plus haut de gamme, notre Valtra intègre un accoudoir multifonction, un écran tactile ainsi qu’un joystick. © Photos : P. Peeters
L’accès à la cabine est facilitégrâce à trois marches en pente douce.
L’écran tactile SmartTouch est simple d’utilisation. Sa dalle tactile fonctionne et réagit aussi bien que celle d’un smartphone.
Le joystick pilote la transmission. Il regroupe aussi les commandes pour deux distributeurs hydrauliques, le relevage et l’inverseur.
Les commandes essentielles sont disposées en deux groupes, entourant les distributeurs électrohydrauliques. Ces derniers sont plus bas afin de ne pas gêner le poignet.