« Quand on m’a conseillé de détruire notre couvert composé de féveroles avec la herse rotative, je n’étais pas vraiment convaincu. Puis, au fur et à mesure d’essais, avec plusieurs stratégies de destruction et de préparation du lit de semence d’une année à l’autre, la technique s’est avérée payante », confie Pierre Loubens, agriculteur sur 250 hectares à...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !