Spécialiste de l’arrachage de betteraves, le bavarois Ropa est arrivé sur le marché de l’arracheuse de pommes de terre en 2012 avec le rachat de WM Kartoffeltechnik. En 2013, il a dévoilé ses deux arracheuses Keiler 1 et 2 (Keiler signifie sanglier en allemand). Basées en partie sur la technologie WM, elles intègrent aussi des solutions propres à Ropa.

Conception

La Keiler 2 est clairement une classe au-dessus de la génération précédente, la 8500 de WM. Isobus et avec un entraînement entièrement hydraulique, la Ropa est le matériel haut de gamme du test. Les options sont légions, peut-être même un peu trop.

À première vue, la Keiler est massive et surtout plus longue que ses concurrentes. La finition est de bonne facture, même si nous avons constaté que certains flexibles hydrauliques et raccords électriques étaient mal protégés. Probablement un défaut de jeunesse sur ce modèle de présérie.

Poids

Avec 13 t à vide, la Keiler est la machine la plus lourde après la Dewulf. La trémie offre une capacité généreuse de 7,4 t, ce qui porte le poids total de la machine pleine à 20,4 t. Celui sur le timon est de 6,7 t, ce qui est nettement plus élevé que sur les matériels concurrents. La pression est plus importante sur la roue droite (8,2 t) que sur la gauche (6,7 t). C’est néanmoins 1,4 t de moins que pour la roue droite de la Dewulf mais l’arracheuse belge est équipée de pneumatiques plus larges. C’est donc la Keiler qui affiche la pression au sol la plus importante du test, avec 1,3 kg/m2. Un point qui ne peut pas être amélioré avec une monte de pneumatiques différente puisque les 850/50 R 30,5 sont les seuls proposés au catalogue.

Qualité d’arrachage

La Keiler 2 a obtenu un score de 93 en qualité, ce qui la place dans la moyenne, à égalité avec l’AVR. La séparation est effectuée par quatre tapis à tétines. Le tapis effaneur est réglable indépendamment de la vitesse de la chaîne de tamisage. Il y a de nombreux changements de direction sur la chaîne de nettoyage mais étonnamment, Ropa réussit à préserver l’intégrité des pommes de terre. Il y a très peu de blessures superficielles de la peau et la Keiler provoque un nombre de dommages moyens et importants équivalents à l’AVR et la Grimme. Côté performance du nettoyage, la tare-terre est la plus faible du test (1,1 %) mais nous avons noté la présence de fanes dans la trémie (3,3 %), ce qui porte la tare totale à 3,4 %.

Traitement des tubercules

Malgré les nombreux changements de direction du flux de récolte sur la chaîne, la pomme de terre électronique a enregistré le nombre d’impacts le plus faible sur la Keiler (8,8 coups en moyenne). L’intensité des impacts est aussi plus faible sur cette machine.

Puissance requise

La Ropa nécessite une puissance de 67 ch, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du nombre de tapis à entraînement hydraulique présents sur la machine.

Le récap
Les points positifs
  • Doux avec les tubercules

  • Machine sophistiquée

  • Largeur sur route

Les points négatifs
  • Pression au sol élevée

  • Garde au sol limitée sur le pneumatique droit

  • Faible débattement du timon

©