Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Regain d’intérêt pour la herse à paille

réservé aux abonnés

 - -->
Vitesse. La vitesse de travail est le facteur le plus importante pour la réussite de la gestion des pailles avec la herse. Arvalis recommande d’intervenir en limite de bourrage, en conditions très chaudes. ©

Les conditions exceptionnelles de l’année 2016 et la volonté de réduire les charges de mécanisation remettent la herse à paille sur le devant de la scène.

Disques indépendants, trois rangées de dents, disques de grand diamètre : chaque moisson consacre une nouvelle mode dans le domaine du déchaumage. Mais les conditions particulières, comme celles de 2016, peuvent aussi remettre en selle des techniques un peu oubliées. C’est le cas de la herse, dont quatre modèles se partagent l’essentiel du marché : la Magnum d’Eco-Mulch, la Cultimulch de Techmagri et les solution des britanniques Claydon et McConnel.

Répartition uniforme de la paille

Pour Arvalis-Institut du végétal, la campagne de déchaumage 2016 a été confrontée à un double problème : gérer une densité importante de pailles et une forte présence de graines viables d’adventices au sol. L’outil idéal dans de telles conditions doit donc être capable de travailler sur une profondeur de 2 ou 3 cm afin de réaliser un faux semis, tout en ne laissant pas de bande de sol non travaillée. Dans son système de classification des aptitudes agronomiques des outils de déchaumage, Arvalis identifie quatre outils disposant d’une bonne aptitude au faux semis : la herse à paille, la bêche roulante, les déchaumeurs à disques indépendants et les vibrodéchaumeurs. Cependant, seuls la herse et le vibrodéchaumeur réalisent une bonne répartition des pailles en surface. La herse est capable de travailler très superficiellement, tandis que le vibrodéchaumeur évolue plutôt à une profondeur de 5 cm. L’autre avantage de la herse, c’est que les dents se recroisent bien et que leur écartement est suffisamment faible (6 cm entre dents en moyenne) pour ne pas laisser de bande non travaillée. Selon Arvalis, c’est la solution qui laisse la répartition la plus uniforme du résidu, sans provoquer la formation de paquets pénalisant le semis entre 5 et 8 cm de profondeur.

Coût avantageux

Loïc Delion, céréalier à Griselles, dans le Loiret, a choisi de remplacer cette année ses déchaumeurs à dents par des herses à paille Claydon. Plusieurs passages de herse à grande vitesse suffisent pour éliminer les plantules et favoriser la décomposition des pailles, en les déracinant et les répartissant de façon uniforme. En travaillant autour de 25 km/h avec un modèle de 15 mètres de large, le rendement du chantier peut frôler les 200 hectares par jour. Il faut néanmoins passer au moins trois fois, dans des directions différentes, ce qui rapproche le débit de chantier de celui d’un seul passage de déchaumeur. Là où la herse marque des points pour la réduction des charges de mécanisation, c’est au niveau de la traction, avec une exigence d’environ 20 ch par mètre, contre au moins 40 ch pour un déchaumeur à dents. La consommation de carburant est aussi nettement plus faible, puisque l’outil est très peu tirant. Enfin, des gains substantiels sont attendus au niveau des coûts d’entretien, les pièces travaillantes étant des dents vibrantes simples montées sur ressort.

Précautions à prendre

Les ingénieurs d’Arvalis mettent en avant l’efficacité des herses à paille sur la régulation des populations de limaces. À la faveur du printemps humide, la pression des mollusques est devenue très forte. Le passage de la herse s’avère une solution efficace pour éliminer les œufs en les remontant à la surface, et en endommageant les nids. L’exposition au soleil provoque une destruction rapide des œufs. De leur côté, les adultes sont dérangés par la poussière dense qui se forme au passage de l’outil, quand ils ne sont pas tout simplement détruits mécaniquement par les dents.

Arvalis insiste sur la nécessité de travailler en limite de bourrage, pour obtenir le meilleur effet sur les pailles. Dans ces conditions, il faut intervenir sur des terres chaudes, surtout quand la densité de paille est importante. Enfin, le guidage par GPS peut s’avérer indispensable, car il est difficile de repérer le passage précédent depuis la cabine du tracteur, surtout en très grande largeur.

Corinne Le Gall
Effet. L’effet visuel après le premier passage n’est pas flagrant mais en tirant sur les pailles, on se rend compte qu’elle sont bien déchaussées.
Recouvrement. Sur la herse Claydon, les dents attaquent le sol tous les 6 cm. Les virages en fourrière s’effectuent avec l’outil baissé, pour limiter les bourrages.
Inclinaison. L’inclinaison des dents est réglable, en général hydrauliquement. Il faut trouver le bon compromis entre travail intensif et bourrage.
Limaces. L’important volume de poussière généré par le travail à vitesse élevée en conditions très sèches dérange les limaces adultes.
Précurseur. Présente sur le marché français depuis plus de vingt ans, la herse Magnum trouve un second souffle avec des évolutions qui augmentent sa polyvalence.
Options. Parmi les options demandées par les utilisateurs de la herse Magnum d’Eco-Mulch, le train de disques devant les dents est une solution pour réaliser un semis à la volée.
Une solution pour l’entretien des prairies

La herse à paille peut trouver un second emploi dans la régénération des prairies, une polyvalence qui commence à intéresser les Cuma dans les zones de polyculture-élevage. Réglées avec une position très agressive, les dents ont un effet de scarification identique à celui des herses à prairies.

En revanche, l’absence d’étaupinoir et de lames ébouseuses oblige à intervenir après un premier passage d’une lame simple de type Querry. De même, la herse ne peut pas être employée pour uniformiser la répartition du fumier après un épandage sur prairie.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !