Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Qualité de l’ensilage : tout se joueau niveau de l’éclateur

réservé aux abonnés

 - -->
La Katana, de Fendt, qui, jusqu’à présent,ne pouvait recevoir qu’un éclateur à disques,a défendu cette solution efficace surla fragmentation, toutefois plus usanteque les rouleaux. © Fendt

Pour son troisième Défi ensileuses, Elvup (ex-Orne Conseil élevage)a comparé deux types d’éclateurs, ainsi que l’influence de l’écartementdes rouleaux et du différentiel de vitesse sur la qualité de la fragmentation.

«Les résultats ne sont pas encore parfaits mais on progresse, se félicite Olivier Raux, nutritionniste référent d’Elvup. Notre but est d’atteindre 70 % d’IFG (indice de fragmentation du grain) sur tous les chantiers d’ensilage. »

C’est devenu une tradition. En novembre, Elvup réalise son Défi ensileuses. Ce service de conseil en élevage, de l’Orne, est le fer de lance français de la qualité de l’ensilage et en particulier de l’éclatage du grain, « qui fournit tout de même 60 % de l’énergie de l’ensilage », rappelle Olivier Raux.

Disques efficacesmais usants

Pour le troisième Défi, Elvup n’a pas souhaité comparer les différentes marques, comme lors des deux premières éditions, mais plutôt se concentrer sur les éclateurs, pièces maîtresses de la réussite de la fragmentation des grains.

L’équipe a tout d’abord comparé les performances d’un éclateur classique à rouleaux et d’un modèle à disques, plus rare. Dans un maïs très sec, impacté par le pic de chaleur de fin septembre, l’IFG obtenu en moyenne n’est que de 63 %. « C’est encore un peu éloigné de l’objectif de 70 %, remarque Olivier Raux, mais c’est beaucoup mieux que les résultats enregistrés lors des premiers Défis. »

Seul l’éclateur à disques, réglé avec un écartement de 1 mm entre les deux éléments, a dépassé la cible avec 76 % d’IFG. Mais les rouleaux, réglés à 1 mm ont, eux aussi, été très proches. Olivier Raux tempère la performance des disques : « C’est vrai qu’ils fragmentent mieux, mais ils sont aussi très sensibles à l’usure. Une de nos Cuma n’a pas réussi à finir la campagne sans les remplacer. Il faudrait aussi, dans un prochain Défi, mesurer la différence de consommation avec ce type d’éclateurs. »

Régler le différentiel

Du côté de l’éclateur à rouleaux, les enseignements sont clairs. « On gagne de trois à quatre points d’IFG par millimètre de serrage entre 1 et 3 mm, constate Olivier Raux. De même, le chauffeur ne doit pas négliger le réglage du différentiel de vitesse entre les deux rouleaux, puisqu’en passant de 30 à 40 % d’écart de vitesse de rotation, on acquiert plus de cinq points d’IFG. Ce Défi a montré que l’influence de l’écartement et du différentiel était plus importante que nous pouvions le penser. »

Corinne Le Gall

Un IFG moyen et un défibrage important
Moyenne de l’indicede fragmentation du grain (IFG)Moyenne du pourcentagede fibre efficace (PEF)
Écartement1 mm2 mm3 mmMoyenne1 mm2 mm3 mmMoyenne
Éclateur à disques7661576578818080
Éclateur à rouleaux différentiel 30 %6562576182848684
Éclateur à rouleaux différentiel 40 %6966646676788279
Général6763596379818381
Bon Insuffisant

Source : Elvup

Très peu de fibre supérieure à 19 mm mais trop de morceaux fins
Grille 1 > 19 mm : 3 - 8 %Grille 4 < 4 mm moins de 10 %Taille moyenneen cm > 0,9 cm
Écartement1 mm2 mm3 mmMoy.1 mm2 mm3 mmMoy.1 mm2 mm3 mmMoy.
Éclateurà disques34541715913,70,760,810,940,84
Éclateurà rouleaux différentiel 30 %534412131212,30,860,810,860,85
Éclateurà rouleaux différentiel 40 %2232,3171612150,740,740,840,77
Général3,3343,415,314,71113,70,790,790,880,82
Bon Insuffisant

Source : Elvup

Capacité des éclateurs à réaliser des IFG à plus de 70 %
TypesIFG à plusde 70 %UsureDéfibrageConsommation
Éclateurs à disques++++++++++à déterminer
Éclateurs à rouleauxà 30 % de différentiel+++++++
Éclateurs à rouleauxà 40 % de différentiel++++++++++++
Éclateurs à rouleauxà 50 % de différentiel+++++++++++++++

Source : Elvup

Krone a mis à disposition une Big X 780, équipée d’un canal de 800 mm de large, pourles essais de réglagedes éclateurs, ainsi que pourdes comparatifs variétaux. © P. Peeters
La Big X était équipée d’un éclateur OptiMaxx. Avec un écartement des rouleaux réglé à 1 mm et un différentiel de vitesse de 40 %, elle atteint 69 % d’IFG en maïs très sec. © P. Peeters
à © C. Legall
Vérifier les réglages à chaque changement de parcelle

« Pas de mesures, pas de gestion », voilà le credo d’Elvup et de Yann Martinot, son directeur technique. « Aujourd’hui, nous rencontrons beaucoup moins de problèmes d’acidose mais, en revanche, nous sommes confrontés à davantage de fermentations post-rumination excessives. Celles-ci se corrigent beaucoup plus difficilement et ont des conséquences désastreuses sur la santé des vaches », insiste le nutritionniste. « Pour éviter cela, il est indispensable de s’assurer de la bonne fragmentation des grains, idéalement en huit morceaux. Et là, nos essais montrent que l’évaluation visuelle n’est absolument pas fiable. Il est nécessaire de procéder au “test du seau” pour enlever rapidement la fibre (qui flotte) et étudier les grains. Chez Elvup, nous préconisons de le réaliser à chaque changement de parcelle, afin d’ajuster les réglages de l’éclateur à la variété et aux conditions. Une personne doit être affectée à cette surveillance sur chaque chantier. »

Yann Martinot insiste sur l’importancedu contrôle régulier des réglagesde l’ensileuse. © C. Legall
En plus du test du seau, un tamisageen cours de journée permet de mettreen évidence un défibrage trop important. © P. Peeters
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !