Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Notre ensemble d’épandage ne sort pas de la parcelle »

réservé aux abonnés

Ravitaillement - « Notre ensemble d’épandage ne sort pas de la parcelle »
Christian Peterschmitt (à gauche) et son fils Noam sont accompagnés d’Antoine Graber, le salarié qui pilote la tonne d’épandage. © P. Peeters/GFA

Afin de limiter le tassement et optimiser le chantier dans un parcellaire complexe, les frères Peterschmitt ont investi pour apporter le digestat directement à la parcelle.

À la SCEA des Longchamps, dans le Territoire de Belfort, une logistique importante est mise en place pour l’épandage du digestat. Christian Peterschmitt et son frère David, à la tête de la société, possèdent un méthaniseur en injection, en activité depuis 2015. Ils épandent environ 18 000 m3 de digestat par an. Cet épandage est réalisé sur un parcellaire complexe car morcelé, parfois distant de plus de 15 km de l’exploitation et imbriqué dans un territoire densément peuplé.

À la SCEA des Longchamps, l’ensemble qui épand le digestat se ravitaille en bout de parcelle grâce à un caisson de 60 m

Taillé pour la route

Pour conserver un débit de chantier important sans investir dans un ensemble trop volumineux, les deux associés ont fait le choix d’apporter le produit à épandre à la parcelle et d’acheter une tonne de petite taille. « Avec le volume que nous traitons annuellement, il aurait fallu un gros ensemble. Or, notre parcellaire n’est pas adapté. Notre idée est donc d’apporter à la parcelle le digestat avec un ensemble qui ne fait que de la route. Nous avons investi dans un ensemble d’épandage le plus léger possible, qui reste dans la parcelle. Nous voulions limiter au maximum le tassement du sol. Nous sommes partis sur une tonne Joskin de 12 000 litres à un essieu, avec des roues assez grandes car nous réalisons notamment des épandages sur les blés et les orges en sortie d’hiver. Les gros pneumatiques et la petite taille de l’ensemble limitent les dégâts sur les cultures », explique Christian.

Un tracteur de 280 ch et une citerne routière de 26 000 litres adaptée au transport réalisent les allers-retours pour ravitailler le chantier. © P. Peeters/GFA

Pour apporter le digestat dans les parcelles, les deux frères ont investi dans un second ensemble, une tonne de 26 000 litres Joskin Tetraliner. Elle est adaptée à la route, avec notamment un freinage pneumatique. En outre, elle repose sur deux essieux à l’arrière et un essieu à l’avant, évitant un report de poids sur l’arrière du tracteur. Cependant, une fois chargée, elle nécessite de la puissance. « J’avais commencé avec un tracteur de 200 ch mais c’était trop juste. Maintenant, nous travaillons avec un 280 ch », précise Christian.

Au champ, le caisson ne nécessite pas d’énergie, la cuve routière est équipée d’un bras pour vidanger dedans. De son côté, la tonne d’épandage possède un bras de pompage. © P. Peeters/GFA

Stockage mobile

En plus de l’ensemble routier, au champ, un caisson de 60 m3 assure un stockage bref du liquide et sert de tampon. Il est muni d’un essieu et d’un attelage pour être transporté mais, dans la parcelle, il est posé au sol et ne nécessite pas d’être alimenté en énergie. La tonne se ravitaille avec son bras de pompage. De son côté, la tonne routière dispose d’un bras de pompage à l’avant pour se remplir depuis la cuve de stockage du digestat, et un second bras pour vider dans le caisson.

Avec ce système, les deux frères épandent près de 18 000 m3 à l’année avec une tonne de 12 000 litres et un tracteur de 180 ch. L’ensemble peut épandre jusqu’à 7 cuves par heure. © P. Peeters/GFA

Tout se pilote depuis la cabine, sans branchement. Le conducteur travaille donc sans descendre du tracteur. Dans ce système, le caisson fonctionne comme une petite fosse installée au bout de la parcelle. « Le plus compliqué est de le déplacer d’un chantier à l’autre », nous confie Christian. Sur les parcelles où le caisson ne peut pas être utilisé, la tonne d’épandage va se charger directement sur la tonne routière avec son bras de pompage. Le dispositif est ainsi polyvalent.

Dans le champ, le caisson est posé au sol. Au transport, les roues sont descendues hydrauliquement. Il est déplacé vide, il ne nécessite donc pas un gros tracteur. © P. Peeters/GFA

Dès que les parcelles sont à plus de 3 km du méthaniseur, le chantier fait appel à des camions en plus de la tonne routière afin d’éviter que la tonne d’épandage n’attende dans la parcelle. Le jour de notre passage, ce sont deux camions semi-remorque qui accompagnent la cuve routière pour alimenter le caisson.

Dès que le chantier est un peu éloigné, un ou plusieurs camions aident pour acheminer le digestat à la parcelle. Ils se branchent alors sur le caisson pour le remplir. © P. Peeters/GFA

« Quand je mets entre une heure trente et une heure quarante pour faire les allers-retours, les camions le font en un peu plus d’une heure. Cependant, il faut les commander à l’avance, ce qui n’est pas toujours simple lorsque la météo est incertaine », concède Christian. Pour autant, avec un débit de chantier compris entre 5 et 7 cuves par heure pour la tonne d’épandage et une dose hectare de 40 m3 , cette logistique n’est pas de trop.

Pierre Peeters

Limiter davantage le tassement

La SCEA souhaite aller encore plus loin dans l’optimisation de son chantier, mais également dans le respect du sol. « Nous allons passer une partie de notre épandage avec un système sans tonne. En effet, sur les cultures en végétation, l’absence des tonnes limitera le tassement. De plus, l’ensemble n’aura pas à venir se ravitailler au bout du champ comme avec le système actuel. Il limitera les pertes de temps mais également les zones de tassement autour du point de ravitaillement », explique Christian. Le digestat sera toujours amené de la même manière jusqu’aux parcelles.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !