Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Plani-Steel et le Tetra L pour un lit de semences en un passage

réservé aux abonnés

 - -->
Boîtier Pour piloter le

Nous avons préparé des terres pour du tournesol grâce à un rouleau frontal et un vibroculteur de 6 mètres de large de Grégoire-Besson.

Des dents et des rouleaux, c’est le programme qui attend notre John Deere 6215 R pour préparer 18 ha ! Nous avons prévu 6 m à l’avant et à l’arrière, issus de la gamme de travail du sol de Grégoire-Besson. Le Plani-Steel est un rouleau de 600 mm de diamètre complété par deux rangées de dents. Le Tetra L est un vibroculteur, le L signifiant qu’il est équipé de roto herses (les deux rouleaux arrière). Une barre niveleuse complète les quatre rangées de dents. Ces outils nous ont permis de réaliser la préparation du sol en vue d’implanter du tournesol.

Alors que l’outil frontal est construit dans l’ancienne usine Dehondt dans le nord de la France, le Tetra L provient de la gamme Rabe, qui est donc produite en Allemagne. Ces deux outils sont bien finis et plutôt très solides au vu du bâti impressionnant de notre vibroculteur. L’attelage des outils se passe sans encombres. Une fois toutes les béquilles rentrées, la seule contrainte est d’emmener le boîtier de commande du Plani-Steel jusqu’en cabine. Eh oui, notre outil frontal possède un petit boîtier. Il permet, grâce à des électrovannes, de commander trois fonctions avec un distributeur.

Dès que l’ensemble est en place, nous partons sur la parcelle. Malgré une largeur de 6 m, la visibilité sur l’avant reste bonne, même si les rouleaux nous créent deux angles morts. De plus, la longueur entraîne du porte-à-faux. Pour parer à cela, des rétroviseurs sont installés au bout de la machine. À l’arrière, le repliage se fait en parallèle (les parties extérieures remontent et se positionnent au-dessus de parties intérieures). La visibilité sur l’arrière est un peu moins bonne qu’avec un repliage classique.

Réglages sans outils

Une fois rendu à la parcelle nous déplions notre attelage. Pour l’avant, nous sélectionnons le dépliage sur le boîtier. Il ne faut ensuite pas oublier de libérer l’oscillation du rouleau. Un nouvel appui sur le boîtier et nous commandons le vérin qui verrouille l’oscillation de l’outil.

Le Plani-Steel, comme toute la gamme « Plani » de Grégoire-Besson, est un outil traîné depuis le point de pivot à l’avant du châssis.

Il est temps de régler les outils. La troisième fonction de notre boîtier intervient. C’est le réglage hydraulique des dents. Après quelques mètres, nous voulons les descendre davantage mais le montage hydraulique n’assure pas une descente uniforme des rangées. Le côté droit descend en premier, ce qui entraîne le rouleau. Après quelques essais, nous décidons de faire travailler les dents superficiellement. Force est de constater que le rouleau fait déjà du bon travail en plombant le sol.

Notons qu’une plaque graduée permet de régler la profondeur à laquelle les dents travaillent. Elle est placée au milieu de l’outil et c’est un peu dommage car elle ne se voit pas une fois que celui-ci est posé au sol.

Nous mettons le relevage avant en position flottante. Pour l’arrière, notre parcelle plutôt plate et uniforme, a entraîné peu de différence entre une butée basse et la position flottante. Sur le Tetra L, tout se fait manuellement mais sans outils. La profondeur de travail des dents est réglée par rapport au rouleau avec un parallélogramme. Lors des premiers passages, la profondeur des dents nous convient. Cependant, les efface-traces descendent trop et remontent beaucoup de mottes. Nous modifions le réglage en les relevant de deux crans. Leur réglage est fastidieux lorsque l’outil est attelé. Les dents sont lourdes et l’accessibilité est parfois compliquée. Cependant, le travail de notre Tetra L est bon. Il complète bien celui du rouleau frontal. Le sol est nivelé et tassé. Les deux rouleaux à l’arrière foisonnent le sol et laissent retomber les petites mottes en surface. Pour perfectionner le travail, nous descendons les barres niveleuses. L’opération est réalisée par un système de pas-de-vis. Il y en a deux par barre, et quatre barres au total.

Les possibilités de réglage sont nombreuses avec plus de 35 positions. Avec un travail derrière labour, la barre permet de niveler au mieux le terrain. Pour un suivi du sol optimal, le cultivateur est divisé en quatre parties indépendantes, pouvant osciller sur un axe relié au châssis.

Ensemble complémentaire

Le plus compliqué est finalement de lever l’outil avant de presque 2 t. Son poids nous prend parfois en défaut. En effet, nous utilisons l’autoguide par GPS. Dans certains cas, le tracteur a du mal à contrôler les 2 t posées dans le sol. Sur certains passages, nous sommes contraints de l’enlever de sa position flottante et de remettre du poids sur le pont avant du tracteur. Le poids du rouleau avant est, donc un allié comme une contrainte. Malgré les 6 m de largeur, nos 215 ch sont plutôt à l’aise. Nous avançons entre 8 et 10 km/h sans forcer. Le travail à 10 km/h est meilleur que celui à 5-6 km/h. Les rouleaux foisonnent mieux et les dents vibrent plus.

Nous travaillons sur un labour d’hiver, dont la surface est riche en cailloux. Pour autant, (hormis les dents de l’outil avant), aucun bourrage n’est à signaler sur les 18 ha réalisés. Lorsque le labour est irrégulier, la barre niveleuse assure un réalignement et facilite le travail des dents. L’association du Plani-Steel et du Tetra L nous a permis de préparer un lit de semences émietté, et rappuyé en un seul passage. Du bon boulot.

Pierre Peeters
Plus d'infos sur le sujet
Tetra L
Les points positifs
Les points négatifs
Plani-Steel

Largeur de travail : 6 m.

Double rangée de dents à réglage hydraulique.

Diamètre du rouleau : 600 mm.

Largeur de travail : 6 m.

Poids : 1 870 kg.

Quatre efface-traces.

Tôle de nivellement mécanique avec dents.

Quatre rangées de dents courbes à doubles ressorts.

Diamètre des rouleaux : 330 et 270 mm.

Plani-Steel
Les points positifs
Les points négatifs
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !