Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Bobcat TL 34.65 HF sort ses griffes

réservé aux abonnés

 - -->
Châssis. Le Bobcat TL 34.65 HF fait partie de la nouvelle génération de chargeurs télescopiques de la marque. Il repose sur un châssis caissonné de 8 mm d’épaisseur, supporté par des ponts Dana Spicer et des roues de 24 pouces. © h.etignard

Deux ans après avoir testé le TL 358 +, nous avons pris les commandes du TL 34.65 HF. Il s’intègre au cœur de la gamme et répond à la norme Tier 4 F.

Vous appréciez les engins qui débitent ? Le Bobcat est fait pour vous ! Sa pompe délivre 190 l/min et offre rapidité et force dans les mouvements de la flèche et des outils. Le constructeur vient de renouveler sa gamme agricole (lire l’encadré) pour répondre à la norme antipollution en vigueur et apporter des évolutions techniques. Nous avons apprécié les capacités du TL 34.65 HF dans une exploitation de polyculture élevage en Haute-Saône. Au programme, curage d’une stabulation de taurillons, chargement de balles et déplacement d’animaux.

Chez Bobcat, les deux premiers chiffres indiquent la capacité de levage, soit 3,4 tonnes. Les deux suivants informent sur la hauteur de levage : 6,5 m au niveau des fourches à palettes. Quant aux lettres HF, elles sont synonymes de gros débit de la pompe hydraulique

Nous commençons par curer la stabulation. La visibilité sur le tablier de 67 cm de large est bonne. Le verrouillage hydraulique de l’outil s’opère par un simple appui sur un bouton de la console, sous le tableau de bord. On le relâche et le vérin verrouille le grappin. Pour connecter les prises hydrauliques, pas besoin de couper le contact, ni de faire chuter la pression. L’opération s’effectue sans forcer.

Des commandes simples

L’accès à la cabine est sécurisé par une marche et des poignées. Pour faire avancer le chargeur, il suffit de choisir le sens de marche et d’accélérer. Les commandes sont simples et le joystick tombe sous la main. Dans le fumier, les mouvements du grappin répondent spontanément à notre manipulation du joystick.

Le TL est maniable et le rayon de braquage très court. Nous faisons demi-tour dans un mouchoir de poche. Pour vider dans la benne, nous utilisons la seconde pédale. Un faible appui et elle fait office de pédale d’approche. Un appui plus fort et le véhicule freine et s’arrête.

En conduite, l’inverseur est parfois brutal. Il se gère au volant ou au joystick. Un seul peut être utilisé à la fois. Dans le cas contraire, un bip retentit et il faut les remettre au neutre avant de pouvoir repartir. Le frein de parc électrique s’active automatiquement après quelques secondes d’inactivité. Le simple fait d’avancer ou de reculer le désarme, comme dans une voiture. C’est très appréciable et très pratique. Nous terminons de curer la stabulation. Sur le béton humide, nous regrettons l’absence d’un blocage de différentiel. Le grappin posé au sol déleste le pont avant. Il manque réellement une position flottante sur la flèche.

Conduite économique

Le moteur de 130 ch régule à 2 400 tr/min. Pour décharger les balles, nous n’avons pas besoin de toute la puissance. Un mode Eco limite le régime à 1 800 tr/min. Il s’active rapidement via la console en cabine. Pour les travaux nécessitant plus de précisions, il est possible de limiter le débit de la pompe indépendamment du régime moteur. Cette opération se gère grâce aux boutons + et – du joystick, après avoir activé la fonction « limiteur de débit » sur la console. Une valeur s’affiche alors au tableau de bord. Elle correspond au pourcentage de débit de la pompe.

Quatre vitesses au total

Le bloc 4 cylindres entraîne une transmission hydrostatique. Elle compte deux vitesses : lièvre et tortue à passage sous charge. Le passage de l’une à l’autre se situe à l’extrémité des commandes de clignotants. Nous apprécions rapidement son emplacement, accessible du bout du doigt, sans lâcher le volant. Au rangement des balles rondes, la vitesse de sortie de flèche est rapide pour monter jusqu’aux cinquième et sixième rangées. La rentrée de la flèche est tout aussi rapide et amortie en fin de course. Nous décrochons notre outil et attelons la bétaillère. Nous commençons à rouler et sommes limités à 12 km/h. Normal, nous étions en gamme 1. Il faut être à l’arrêt pour passer en gamme 2 afin d’atteindre 40 km/h. Le siège pneumatique est un plus sur la route. En revanche, attention au frein, il est franc et péchu. On se fait vite surprendre lors des premiers freinages.

Le TL est un télescopique puissant et maniable. Son débit hydraulique le rend performant dans les travaux de manutention. C’est surtout ce qu’on attend d’un tel engin.

Henri Etignard
Sobriété. Le joystick tombe sous la main, les fonctions se gèrent du pouce. Les informations s’affichent sur un petit écran au tableau de bord. Les commandes sont regroupées juste en dessous.
Visibilité. A l’arrière, elle est renforcée par l’absence de montant.
Design.
Fabrication.
Suspension. La flèche est dotée d’une suspension qui fonctionne seulement lorsque l’outil est à plus de 40 cm du sol. Elle est exempte de mode automatique.
Fiche technique

    Moteur : Bobcat 4 cylindres 3,4 l turbo

    Norme Tier 4 F : EGR + Doc + SCR

    Puissance : 130 ch

    Transmission : hydrostatique à 2 vitesses

    Gammes : 2 mécaniques, passage à l’arrêt (bouton sur la console)

    Vitesses : 6, 12, 18 et 40 km/h

    Hauteur de levage : 6,5 m

    Capacité de levage : 3,4 t

    Pompe : 190 l/min

    Empattement : 2,87 m

    Rayon de braquage mesuré : 3,65 m

    Hauteur hors tout : 2,44 m

    Largeur hors tout : 2,36 m

Plus d'infos sur le sujet
Le récap
Les points positifs
  • Capacités hydrauliques

  • Frein de parc électrique automatique.

  • Cabine spacieuse.

  • Branchement des prises auxiliaires.

Les points négatifs
  • Pas de position flottante ni de suspension de flèche auto.

  • Faible précision de l’inverseur.

  • Passage à l’arrêt des gammes mécaniques.

  • Bip de recul très perçant.

La gamme Bobcat pour l’agriculture

Le constructeur américain a restructuré sa gamme de chargeurs télescopiques pour l’agriculture. Elle repose sur 5 modèles déclinés en deux catégories : les compacts et les traditionnels.

Les compacts sont représentés par deux modèles, les TL 26.60 et TL 30.60. Leur capacité respective de levage est de 2,6 et 3 tonnes, pour une hauteur de levage de 6 m.

Les trois modèles traditionnels sont le TL 34.65 HF que nous avons testé, le TL 35.70 et le TL 38.70 HF. Leur capacité de levage respective s’échelonne de 3,4 à 3,8 tonnes. Quant aux hauteurs de levage, elles vont de 6,5 à 7 mètres.

Tous ces chargeurs télescopiques sont fabriqués dans l’ancienne usine Sambron à Pontchâteau (Loire-Atlantique). Bobcat fournit également ces chargeurs agri pour la marque Massey Ferguson.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !