Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La Paganelle a amélioré nos conditions d’estive »

réservé aux abonnés

Confort de travail - « La Paganelle a amélioré nos conditions d’estive »
Pierre Géraut, sa fille Lucie et le reste de la famille ont vu leurs conditions de vie considérablement améliorées en période d’estive grâce à l’unité d’électrification mobile. © G. Baron

La famille Géraut bénéficie de la première unité mobile d’électrification pour estive isolée. L’équipement, appelé Paganelle, associe des batteries, des panneaux photovoltaïques et un groupe électrogène. Le confort de la famille et les conditions de traite se sont améliorés.

La vie de berger dans les estives a beau faire fantasmer les randonneurs, elle comporte son lot de contraintes. Au cœur du Béarn, Pierre et Anne-Laure Géraut, et leurs trois enfants, quittent chaque été leurs 25 hectares dans la vallée pour monter, avec leurs brebis, sur l’estive de Saoubiste, à Laruns (Pyrénées-Atlantiques). Leur cabane est située à 1 780 mètres d’altitude, à 1 h30 de marche de la route la plus proche. Depuis 2019, le bâtiment bénéficie d’une unité d’électrification, héliportée à chaque transhumance. Ce prototype a été réalisé à l’initiative de l’Institution patrimoniale du Haut-Béarn (IPHB) par des artisans locaux. L’alimentation électrique des équipements pastoraux en estives isolées est « un enjeu fort pour le maintien de l’activité pastorale », souligne l’IPHB. Pour Didier Hervé, son directeur, cet outil signe le passage du « pastoralisme des hommes sacrifiés » à celui du « pastoralisme en famille, moderne et durable ».

L’accès à la cabane ne peut se faire qu’à pied, et le ravitaillement qu’avec des ânes. La possibilité de transport par voie aérienne était un critère de la réalisation de la Paganelle. Les panneaux solaires se rétractent en position « transport ». © IIPHB

« Cela nous change la vie »

La famille Géraut accompagne 500 brebis, dont 300 sont traites quotidiennement pendant la saison estivale pour fabriquer du fromage Ossau-Iraty. « L’astreinte de traite a été mécanisée en 2013, quand nous avons simultanément été victimes de tendinites », raconte le couple. L’installation nécessite un groupe électrogène pour fonctionner. Celui-ci n’est en marche qu’à ce moment et consomme 500 litres de gasoil chaque été. L’unité d’électrification est constituée de douze batteries en série, qui stockent l’excédent d’énergie. Des panneaux photovoltaïques complémentent le groupe. Ils sont situés au-dessus du bac de batteries et assurent également leur recharge. Ainsi, en août, lors du tarissement du troupeau et de l’arrêt de la traite, la famille continue à disposer d’électricité.

La Paganelle couple le groupe électrogène à une unité photovoltaïque. Elle est située entre l’abri de traite et la cabane où la famille Géraut vit et fabrique son fromage pendant la saison estivale. © G. Baron

L’installation atypique a été baptisée Paganelle, du nom de son concepteur, Eric Paganelle, électricien accidentellement décédé peu avant la mise en fonctionnement de son invention. Celle-ci a changé la vie de la famille. « Le premier matériel que nous avons monté sur l’estive, c’est un lave-linge, précise Anne-Laure Géraut en souriant. Nous utilisons des linges dans la fabrication du fromage, qu’il faut nettoyer très régulièrement. Dans la foulée, nous nous sommes équipés d’un réfrigérateur électrique. »

Le groupe électrogène alimente l’installation de traite. Le surplus d’énergie est stocké par la Paganelle pour être réutilisé par la famille. © G. Baron

La Paganelle stocke une quantité d’énergie correspondant à une consommation pour dix à quinze jours. Avant 2019, un petit panneau solaire de moins de 1 m² fournissait un faible courant de 12 V. Il ne permettait que le fonctionnement de deux ampoules à leds. « Quand le temps était couvert, nous n’avions pas la lumière dans notre habitation », se souvient Pierre. Désormais, la cabane bénéficie d’une installation normalisée en 220 V, de plusieurs prises électriques et d’un éclairage plus conséquent pour l’habitation comme pour l’atelier de fabrication du fromage.

À l’intérieur du caisson, un bac de douze batteries est alimenté par le groupe et les panneaux. L’autonomie électrique de la cabane est de dix à quinze jours. (Voir également la photo ci-dessous) © G. Baron
© G. Baron

Meilleure qualité de lait

En plus d’améliorer la qualité de vie des bergers, l’équipement améliore celle du lait, donc du fromage. En effet, un chauffe-eau a été intégré à la machine à traire grâce à l’installation. Avec cette évolution, le cycle de lavage a été perfectionné.

L’aspect sanitaire est primordial pour l’élaboration de produits transformés, et la fabrication du fromage a été optimisée grâce à la Paganelle. Ce prototype, qui a coûté 25 000 €, a été cofinancé par l’État à 40 %, ainsi que l’IPHB, la Région et le département à hauteur de 20 % chacun. Pierre et Anne-Laure pratiquent la monotraite, mais des modules intégrant des refroidisseurs à lait sont également développés pour les bergers qui font deux traites pour une fabrication de fromages par jour.

Gildas Baron

De la remorque à l’hélico

Sur les cent cinquante estives béarnaises, soixante-douze ne sont accessibles qu’à pied. Vingt et une d’entre elles ont déjà été équipées d’installations solaires fixes. Celles-ci se sont révélées chères, compliquées à entretenir, et impossibles à valoriser durant le reste de l’année. Au départ, Eric Paganelle avait fabriqué un module d’électrification mobile pour remorques, pour les estives accessibles par des pistes. L’IPHB a souhaité que l’idée soit adaptée pour l’héliportage, à destination des cabanes les plus isolées. À la suite du prototype de Saoubiste, une deuxième version a été héliportée durant l’été sur une estive à quelques kilomètres. Le développement continue afin d’obtenir un modèle allégé, plus équilibré et plus facile à transporter. L’efficacité de l’installation est également un axe de travail pour l’IPHB. La deuxième version, en test, est couplée à un groupe de 10 kVA, contre 30 kVA pour les Géraut. Les Paganelles ont donc vocation à se développer dans les années à venir.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !