Nous avons pris le volant du nouveau M5. Non, nous n’avons pas essayé le bolide de BMW (dommage), mais bien le dernier tracteur de chez Kubota. Notre M5111 est issu de la série M5001 du japonais, lancée lors du dernier Eima, en Italie. La gamme comprend deux modèles, le M5091 et notre M5111. Ils remplacent respectivement le M8560 et le M9960. Notre Kubota est équipé d’un bloc 4 cylindres de 3,8 l maison, pour lequel le constructeur annonce une puissance de 113 ch. Ce bloc est couplé à une transmission mécanique synchronisée, équipée d’un doubleur pour 36 rapports, en avant comme en arrière. C’est sur une exploitation de polyculture élevage que nous avons utilisé ce tracteur, avec des travaux à la prise de force. Nous sommes début juin, en pleine saison des foins, nous avons donc travaillé avec un andaineur double rotor.

Prise en main rapide

De l’extérieur, le nouveau design est plaisant, avec un capot complètement restylé qui plonge vers l’avant. Pour accéder à la cabine, nous grimpons deux marches, dont la première est un peu haute. La cabine à 6 montants nous paraît plutôt spacieuse. Le petit capot assure une bonne visibilité vers l’avant. De plus, tous les organes de dépollution sont placés sous le capot. La vue sur le pont avant, à droite comme à gauche, est donc optimale. Le toit de cabine est équipé de série d’une grande vitre, pour plus de visibilité au chargeur. Les commandes sont regroupées sur la console de gauche. Malgré un plastique gris omniprésent, la qualité de finition semble au rendez-vous.

Au moment de partir, nous baissons le frein à main situé le long du siège, mettons l’inverseur sous charge sur la marche avant, mais le tracteur bipe et refuse d’avancer. En effet, un second frein à main (frein de boîte) est placé sur la console. Un peu déroutant au début, il se révèle finalement plus ergonomique que le premier frein à main. Pour la transmission, on retrouve deux leviers (gamme et vitesses). La transmission se compose de 3 gammes et 6 vitesses. Elle comprend un doubleur, lequel s’actionne avec un seul bouton. Un appui et nous passons en « lièvre », un second et nous repassons en « tortue ». Le deuxième bouton placé sur le levier est un débrayage électrique. Il permet de passer les vitesses sans embrayer à la pédale. Un petit tour sur la route nous permet de constater que l’embrayage comme le doubleur manquent de souplesse. Les vitesses se passent facilement, mais la position du levier de gammes est parfois incertaine. La prise en main est rapide, les commandes s’avèrent simples et bien regroupées. Parmi les trois gammes, on retrouve une « route », une « champ » et une « rampante ». Cette dernière se révèle pertinente pour les manœuvres d’approche.

Il est d’ailleurs temps d’atteler l’andaineur pour partir à la parcelle. La visibilité à l’arrière est bonne. Le relevage est mécanique, avec un levier souple qui permet d’ajuster facilement la hauteur des bras de relevage. Une butée mécanique ajustable sur la course offre la possibilité de mémoriser une hauteur de relevage. Il est possible d’ajuster la vitesse de descente avec une molette placée derrière le siège conducteur.

Des évolutions bienvenues

Une fois à la parcelle, nous déplions l’outil avec l’un des trois distributeurs mécaniques. Pour la prise de force, le choix s’effectue entre 540 et 540 Eco. La sélection se fait avec une manette à l’arrière droit du siège. C’est une réelle évolution par rapport aux précédentes séries, où la sélection se faisait à l’extérieur. L’engagement s’effectue simplement avec un gros bouton jaune. Il nous est possible de mémoriser deux régimes moteur. Leur activation se fait par deux boutons depuis la console. Ces mêmes boutons permettent d’ajuster les régimes mémorisables.

Le M5 séduit par sa simplicité d’utilisation, il pourra parfaitement assurer les diverses tâches d’une ferme d’élevage.

Pierre Peeters
Fiche technique
    Kubota M5111

    Puissance nominale : 113 ch

    Moteur : 4 cylindres de 3,8 l

    Prise de force : 540/540 E en standard. 540/1000 en option.

    Capacité de levage du relevage arrière : 4 100 kg

    Empattement : 2,55 m

Le récap
Les points positifs
  • Petit gabarit

  • Vue sur l’avant

Les points négatifs
  • Première marche trop haute

  • Manque de souplesse de la transmission et de l’inverseur

Environnement. La cabine à 6 montants reste spacieuse pour le gabarit du tracteur. Les commandes sont bien placées et la visibilité est bonne. Dommage qu’elle manque un peu de confort et d’une meilleure insonorisation.