Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Hygiéniser pour augmenter les intrants et optimiser la méthanisation

réservé aux abonnés

Technologie - Hygiéniser pour augmenter les intrants et optimiser la méthanisation
L’hygiénisation peut viser la matière entrante ou sortante de l’unité de méthanisation. Elle est peu développée mais garantit l’innocuité sanitaire des digestats et présente un nombre important d’avantages, comme une plus grande diversité d’intrants et une optimisation du process. © G. Baron/GFA

L’hygiénisation est une étape parfois négligée. Elle peut avoir lieu en amont ou en aval de la méthanisation, peut être obligatoire, et présente des intérêts.

La maîtrise des micro-organismes constitue l’essence même de la réaction qui produit de l’énergie au moyen de la dégradation de matière organique par des bactéries. Pourtant, l’hygiénisation des produits entrants et sortants du digesteur est très peu développée aujourd’hui.

Parfois obligatoire

Lors d’un webinaire de l’association Méthatlantique, Adeline Haumont, chargée de projet pour l’association Aile (1), rappelle que « la règle de base au niveau européen est d’hygiéniser tous les sous-produits en amont, y compris les déjections animales ». Un certain nombre de dérogations existent mais l’hygiénisation peut s’avérer obligatoire, par exemple si les effluents proviennent de plus d’une dizaine d’exploitations. La diversité des élevages et le contexte sanitaire local peuvent faire varier ce chiffre. Pour d’autres intrants, cette étape est toujours obligatoire. C’est le cas des déchets de cuisine et de table, qui peuvent constituer un gisement méthanisable important. Les exceptions réglementaires sont nombreuses. La technique offre néanmoins la possibilité d’un plus grand nombre d’intrants et d’une meilleure intégration dans l’économie circulaire du territoire. Le potentiel méthanisable de la matière pourrait, par ailleurs, mieux s’exprimer à la suite de son hygiénisation.

Concernant l’aval, il peut être obligatoire d’hygiéniser son digestat avant épandage, notamment dans un contexte sanitaire local particulier. L’agrément de fabrication d’engrais organiques implique de procéder à cette étape avant de vendre du digestat transformé.

Deux principales voies

Il existe aujourd’hui deux principales technologies d’hygiénisation : celle par batch et celle par échangeur. La première a lieu dans une cuve à double paroi, parcourue de tuyaux d’eau chaude, en contact ponctuel avec l’enveloppe interne. La matière y est agitée et maintenue à 70 degrés pendant une heure avant d’être contrôlée et exportée. La méthode par échangeur repose sur un parcours de la matière dans un double tube, avec la matière dans le tube interne et de l’eau chaude en externe. Jérôme Bécot, chargé de développement méthanisation, précise qu’un système n’est pas mieux que l’autre, mais que le plus adapté dépend de l’installation (budget, espace disponible, disponibilité énergétique…).

Le traitement de la matière, qu’il soit en amont, en aval ou les deux, limite les problèmes sanitaires, et peut réduire celui des nuisances olfactives et des relations avec le voisinage.

G. Baron

(1) Association d’initiatives locales pour l’énergie.

L’utilisation des champs électriques pulsés à l’étude

Dans l’objectif d’améliorer le temps, l’efficacité et le coût de l’élimination des agents pathogènes, la société Liger, basée à Locminé (Morbihan), travaille sur un nouveau procédé. Il s’agit de remplacer le traitement thermique par une technique à champs électriques pulsés (CEP). Cette dernière a été étudiée par Xiaojun Liu, un étudiant chinois, lors d’une thèse effectuée à l’IUT de Pontivy. « C’est un enjeu important pour l’ensemble de la filière méthanisation, souligne Joël Tanguy, directeur technique chez Liger. Il faut garantir l’innocuité sanitaire des digestats. Cela concerne les élevages sur un aspect vétérinaire, mais aussi les cultures et la qualité de l’eau. »

Le coronavirus a été repéré dans des eaux usées.

Liger avait déjà été partenaire d’une thèse sur les champs électriques pulsés et leur impact sur le pouvoir méthanogène des intrants. Les résultats obtenus présentent de l’intérêt, notamment pour les matières fibreuses. C’est au cours de cette étude que la capacité d’hygiénisation de cette technique est apparue.

Certaines améliorations doivent encore être apportées à cette technologie et il faudra l’adapter à une échelle industrielle. L’idée de l’entreprise est d’abord d’essayer de l’installer sur un démonstrateur de taille intermédiaire avant un développement plus abouti.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !