Grimme a dévoilé la SE 260 en 2012. Elle succède à la BR 150. L’objectif de cette machine est surtout de combler l’écart technologique entre la SE à un rang et la SE 150-60 de plus grande capacité. En termes de conception pour la partie arrachage et nettoyage, la SE 260 est basée sur l’arracheuse simple rangée 85-55.

Conception

La rigueur allemande est parfois un cliché mais elle se vérifie sur l’arracheuse Grimme. La finition est au-dessus de la moyenne, avec le souci du détail. Par exemple, tous les flexibles sont fixés avec une clé dynamométrique, puis marqués de chaque côté par un repère. La partie hydraulique est construite de façon modulaire afin de rajouter facilement des options pour le nettoyage. La machine propose de nombreuses solutions de réglage, dont certaines ne sont que très rarement utilisées. Le nettoyage est assuré par deux tapis et une chaîne effaneuse à palettes caoutchoutées.

Poids

Vide, la SE 260 pèse 10,75 t, soit une tonne de plus que l’AVR Esprit, qui est une machine comparable. Néanmoins, la Grimme se distingue de sa concurrente belge par sa trémie, d’une capacité conséquente de 6,8 t. À pleine charge, la SE affiche 17,6 t sur la balance. Sa trémie plus imposante lui confère aussi un poids plus important sur l’attelage, avec 5,65 t contre 4,55 t pour l’AVR. Malgré son poids plus élevé, la Grimme préserve le sol, avec une pression de 1,04 kg/m2 contre 1,17 kg/m2 pour l’AVR. Cette performance est due en grande partie à une répartition des masses entre les deux roues plus favorable que chez sa concurrente. Sur la SE, la charge est répartie quasi uniformément de chaque côté avec la trémie pleine.

Qualité d’arrachage

Grimme obtient les meilleurs scores pour la qualité des pommes de terre, avec un indice de 95. Les tubercules n’ont pratiquement aucun signe de blessure superficielle (excoriation), avec seulement 0,1 % des témoins présentant cette altération et encore moins de coups (0,08 % des témoins). Si l’on considère l’ensemble des dommages, légers et lourds, Grimme réalise une performance semblable à celles d’AVR et de Ropa. Les résultats au niveau de la tare-terre et des fanes sont assez élevés. Les techniciens ont estimé sur ce point que de nombreux réglages, comme ceux des tapis à doigts, étaient un peu trop lents à ajuster. Parmi les bons points, on peut aussi retenir les pertes de récolte très faibles, avec seulement 0,03 t/ha.

Traitement des tubercules

La pomme de terre électronique a enregistré une moyenne de 10,4 chocs sur tout le parcours de nettoyage, avec un impact moyen de 42,7 g. C’est une performance équivalente à celle de l’AVR et meilleure que la Dewulf. En outre, il n’y a pas de chocs violents.

Puissance requise

La SE est la moins gourmande en puissance puisqu’elle ne nécessite que 53,2 ch, dont 40 ch pour la prise de force.

Le récap
Les points positifs
  • Préserve la structure des tubercules

  • Machine compacte

  • Vidange rapide de la trémie

Les points négatifs
  • Accès difficile à la plate-forme de droite

  • Faible report de charge sur le timon

  • Peu de marge de manœuvre pour prendre le rang.

©