Les visiteurs du salon Agritechnica ont pu s’en rendre compte : de nombreux constructeurs d’équipements misent sur l’électrique pour remplacer l’entraînement par prise de force ou par l’hydraulique. La présentation la plus marquante était celle de Keenan avec sa mélangeuse à pales électrique. Seul problème : le tracteur capable d’alimenter une telle machine n’existe pas encore. La solution viendra peut-être de plateformes amenées à remplacer les tracteurs pour certaines applications.

Un robot électrique irlandais

C’est justement chez son compatriote et voisin de stand Acres Machinery que l’irlandais Keenan pense avoir trouvé la solution. Le spécialiste de la robotique a conçu une solution autonome et électrique capable d’alimenter une machine traînée. L’iTarra est monté sur chenilles et peut être piloté de différentes façons. Il est d’abord utilisable en mode totalement autonome avec programmation d’un parcours et contrôle par GPS. Mais Acres Machinery propose aussi un mode « réalité virtuelle » qui permet à un chauffeur de contrôler l’iTarra à distance. Enfin, il est possible de piloter l’engin à vue grâce à une télécommande.

Un châssis polyvalent

De son côté, l’Allemand AVL a développé un châssis électrique sur lequel il est possible d’installer un pulvérisateur, un distributeur d’engrais ou même un combiné de fauche. L’engin peut recevoir une cabine ou être entièrement robotisé. Le pack de batteries installé à l’avant fourni 75 kW dont 50 kW sont utilisés pour alimenter un essieu moteur et 25 kW sont consacrés à la direction et à l’alimentation électro-hydraulique des outils. Selon AVL, les batteries fournissent une autonomie de 4 à 5 heures pour des applications légères.

Le châssis électrique AVL dévoilé lors d’Agritechnica. © AVL
Corinne Le Gall