« Si 79 % des agriculteurs utilisent l’internet, ils sont peu nombreux à se servir de leurs données ou encore à les partager en réseau. Pourtant, le digital est une opportunité : on peut s’en servir pour échanger avec sa coop, sa banque, etc., mais aussi pour décider au quotidien sur son exploitation », explique Anaël Bibard, cofondateur de Farmleap, le Ceta numérique.

La start-up et quatre autres acteurs du cofarming, à savoir Wefarmup, Echangeparcelle, Agrifind et Laballeronde, se lancent dans un tour de France du travail collaboratif pour tenter d’expliquer concrètement ce qui se cache derrière : « Nous voulons montrer aux agriculteurs, en venant à leur rencontre, qu’ils peuvent travailler et se rendre plus compétitifs à plusieurs. »

35 étapes de juin à septembre

Présent sur des festivals, des salons, ou encore à l’occasion d’assemblée générale, l’équipe prévoit trente-cinq étapes de juin à septembre. Le Cofarming Tour proposera des jeux, des ateliers, des cas très pratiques pour appréhender de manière personnalisée toutes ces plateformes collaboratives. Le service est gratuit pour les exploitants et s’adresse à tous les niveaux.

Rosanne Aries