Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Agrotron 6205 RCShift : un rend ement à toute épreuve

réservé aux abonnés

 - -->
Intelligence. © photos : Cédric Faimali, pierre Peeters

Transport et broyage de pierres, deux travaux parfaits pour tester la dernière mouture de Deutz-Fahr. L’Agrotron série 6 est doté de la toute nouvelle transmission robotisée RCShift fournie par le spécialiste allemand ZF.

Monter une côte au dénivelé de 7 %, à 10 km/h, avec une benne TP chargée de cailloux, ça, c’est fait ! Assis au volant du Deutz-Fahr 6205 RCShift, nous ressentons sa puissance de traction. Le bloc Deutz Ag de 6,06 l de 207 ch entraîne une transmission robotisée. Elle compte 30 rapports avant et 15 arrière, répartis sur cinq gammes de 1 à 5, et six powershifts de A à F. Durant une semaine, nous avons testé l’Agrotron au transport avec une benne TP Joskin Trans KTP 22/50. Afin d’apprécier sa puissance à la prise de force, nous avons broyé des pierres et des têtes de roche avec un Bugnot BPM 2450.

Agencement épuré

Avant de monter à bord, jetons un œil sur le design. Le long capot est réussi, avec des lignes très agressives. Si l’on s’approche un peu, on remarque que toute la partie noire est ajourée par une grille, qui laisse évacuer les calories du moteur et l’air aspiré par le ventilateur. L’esthétisme des feux avant reprend le design automobile. Nous accédons à la cabine à l’aide de quatre marchepieds sécurisés par des poignées, dont l’une est intégrée au réservoir de 280 l.

À l’intérieur, nous nous sentons bien dans un Deutz-Fahr. La structure de la cabine est à six montants. Malgré un long capot, la visibilité est bonne. En revanche, au volant, nous n’apercevons pas la masse avant. L’agencement est commun aux Séries 7 et 9, avec l’accoudoir multifonction, le joystick MaxCom et le terminal tactile iMonitor. Le tractoriste reste fidèle à l’ergonomie par code couleur pour distinguer rapidement les fonctions du tracteur (orange : moteur/transmission, bleu : hydraulique, vert : relevage et jaune : PDF).

Il est temps de tourner la clé et d’apprécier toutes les possibilités de cette transmission. Nous choisissons le sens de marche avec l’inverseur à gauche du volant. De la main droite, nous poussons le levier, ce sont les powershifts qui passent. En le tirant, on les descend. Avec un appui cumulé sur le bouton shift, situé derrière, on passe une gamme en poussant, et on rétrograde en le tirant. Tout cela sans même utiliser l’embrayage. Autant dire que la prise en main est très simple. Mais à la longue, cela devient pénible de jouer avec le joystick pour gérer la transmission.

Quatre modes de conduite

Sous le couvercle en cuir de l’accoudoir se cache un bouton nommé APS. Un simple appui, et l’on passe du mode « manuel » au mode « semi auto », puis « full auto champ » ou « full auto route ». Pour nous rendre à la carrière, nous choisissons le mode « route ». Le passage d’un mode à l’autre peut se faire en roulant, ce qui est très appréciable. Dommage qu’il soit logé sous l’accoudoir. En « full auto », le tracteur gère intégralement la transmission. Il suffit d’appuyer sur l’accélérateur, et l’engin se débrouille. Sur la route, nous roulons à 44 km/h à 1 200 tr/min. C’est très silencieux… et économique. Pour davantage de confort, nous appuyons sur le bouton « Cruise » du joystick et mémorisons la vitesse maximale. Le tracteur adapte le meilleur rapport pour rouler à la vitesse mémorisée. Le passage des gammes et vitesses est très souple. Il y a moins d’à-coups qu’avec une full powershift, en revanche, on entend nettement la mécanique qui travaille. En arrivant à l’intersection, nous ralentissons avec le frein. Le tracteur descend les gammes et les rapports. Au panneau stop, nous maintenons le frein pour marquer l’arrêt, sans débrayer, grâce à la fonction Stop & Go. Nous relâchons le frein et le tracteur repart. Un appui sur « Cruise » au joystick, et la vitesse de croisière est atteinte. À tout moment, nous pouvons reprendre la main, pour descendre une gamme par exemple. Au bout de 4 secondes, la gestion électronique reprend les commandes.

Une logique adaptative

Nous quittons la carrière avec un ensemble de 38 tonnes. Le tracteur s’en sort très bien dans les côtes pour rejoindre la route nationale. Dans les descentes, la benne pousse et nous oblige évidemment à utiliser le frein malgré un frein moteur bien présent.

Sur l’accoudoir, une molette grise contrôle l’agressivité de la transmission (Éco/Power). Elle est astucieusement positionnée au centre de l’accoudoir et tombe sous la main. Par contre, elle est grise et non orange. Plus elle est tournée sur Éco, plus le régime du passage des gammes et des powershifts est bas, entre 1 200 et 1 300 tr/min. En Power, les vitesses commencent à passer à partir de 1 600 tr/min. Sur le chemin en pierres de la ferme, nous activons le mode « full auto champ ». La gestion est identique, à la seule différence que le niveau des régimes de passage est plus élevé, pour bénéficier de la puissance moteur. Avec la molette tournée sur Power, les vitesses passent à partir de 1 900 tr/min.

Au transport, la RCShift se rapproche de la souplesse d’une variation continue, mais avec un rendement supérieur. Le tracteur nous épate par sa force de traction et son frein moteur dans les descentes. Nous sommes agréablement surpris par la gestion entre le moteur et la transmission. Deutz-Fahr a fait appel à un logiciel issu de l’automobile, avec une logique adaptative. C’est le tracteur qui s’adapte au chauffeur, et non l’inverse. Le système prend en compte la position de la pédale d’accélérateur, du régime moteur, du couple et de la position de la molette Éco/Power. Le tracteur adapte au mieux le bon rapport. Pour faciliter le passage d’une gamme, le calculateur va jusqu’à accélérer le moteur pendant une fraction de seconde, comme nous le ferions pour faciliter la synchronisation des pignons entre deux vitesses d’une boîte mécanique.

Nous dételons la benne pour atteler à la place le broyeur à cailloux. Nous regrettons l’absence d’un rétroviseur sur la vitre arrière qui permettrait de voir le piton d’attelage. Nous reculons vers le broyeur. Encore une fois, la fonction Stop & Go est appréciable pour les phases d’approche mais, par sécurité, nous jouons de l’embrayage. Les fonctions hydrauliques et de relevage sont verrouillées par défaut. Un appui long de deux secondes les déverrouille. Le relevage se pilote avec deux boutons au joystick. Des commandes d’approche sur la console ainsi que les commandes extérieures facilitent l’attelage des outils. Le relevage soulève aisément les 5 tonnes du Bugnot. Nous connectons la prise de force et les quatre prises hydrauliques.

Réglages et informations pointilleux

En cabine, nous sélectionnons le régime 1 000 tr/min à l’aide du levier sur la console. Il est regrettable qu’un tracteur avec un niveau de finition aussi élevé ne bénéficie pas de sélecteur électrique. Nous décidons de piloter la casquette du broyeur avec les commandes au joystick. Le menu hydraulique du terminal offre une nouvelle interface très ergonomique pour choisir les affectations des distributeurs. En cas d’erreur, une flèche donne la possibilité de revenir au paramétrage initial.

Une fois les réglages terminés, nous partons broyer. Sur le chemin, la masse de 1 400 kg est un peu faible pour bien équilibrer le tracteur. La gestion électronique du pont avant suspendu veille à conserver un tracteur parallèle au sol lors des accélérations ou des freinages. La cabine suspendue et le siège pneumatique offrent un bon confort de conduite. L’agressivité de démarrage de la prise de force se règle selon trois niveaux via le terminal. Notre tracteur est doté des vitesses rampantes. Nous mémorisons le régime maximal, pour bénéficier des 1 000 tr/min au broyeur. Avec la plus petite vitesse, nous avançons à 300 m/h. Nous passons la transmission en mode semi-auto. Le tracteur adapte la bonne vitesse powershift en fonction de la charge moteur. La gamme reste fixe. Là encore, la gestion électronique fait le travail. Il faut juste bien penser à adapter le mode selon le travail réalisé. Au broyeur de 2,45 m, l’Agrotron est à l’aise. Dans les coups durs, le régime descend à 1 300 tr/min, puis le système rétrograde une vitesse au besoin.

Toutes les informations liées à la transmission sont affichées au tableau de bord. Les ingénieurs l’ont redessiné et intégré un nouvel écran nommé « Info Center Pro ». Il est clair et précis. Il affiche le rapport engagé, la vitesse d’avancement, la charge du moteur ou encore le mode de conduite de la RCShift. La navigation est contrôlée à l’aide d’une molette sur l’accoudoir. Il est possible de paramétrer toutes les fonctions du tracteur via cet écran. L’iMonitor est plus convivial mais complémentaire. Il offre une meilleure lisibilité que le tableau de bord logé derrière le volant. Il est adapté pour les travaux de guidage et les fonctions Isobus. Au broyeur, il affiche des informations complémentaires sur la position instantanée du relevage. Un graphique représente la position actuelle et des flèches rappellent les butées haute et basse. Pour la transmission, on retrouve un graphique qui schématise l’agressivité de 0 à 100 % (Éco/Power). L’opérateur peut également choisir les rapports mini et maxi dans chaque mode de conduite, ainsi que le rapport de redémarrage.

Le constructeur a tout pensé pour permettre au tracteur de s’adapter au besoin du chauffeur, et ça marche. La symbiose entre le moteur et la transmission est réussie, elle devrait l’être avec n’importe quel chauffeur à bord.

Henri Etignard
Deutz-Fahr Agrotron 6205 RCShift
1/3
  • La gamme Agrotron série 6 compte six modèles de 155 à 215 ch, avec un choix de trois transmissions (semi-powershift, TTV et RCShift). Nous avons testé le 6205 avec la transmission robotisée RCShift fournie par le spécialiste ZF

    La gamme Agrotron série 6 compte six modèles de 155 à 215 ch, avec un choix de trois transmissions (semi-powershift, TTV et RCShift). Nous avons testé le 6205 avec la transmission robotisée RCShift fournie par le spécialiste ZF

  • La RCShift compte 30 rapports avant et 15 arrière, répartis sur cinq gammes de 1 à 5 et six powershift de A à F.

    La RCShift compte 30 rapports avant et 15 arrière, répartis sur cinq gammes de 1 à 5 et six powershift de A à F.

  • Le constructeur belge Joskin nous a mis à disposition une benne TP KTP Trans 22/50. Nous avons chargé des gravats sur la ferme et 22 tonnes de graviers type 0/80 à la carrière. L’ensemble sur la bascule pèse 38 t, soit plus de 8 t pour le tracteur et 7,5 tonnes pour la benne.

    Le constructeur belge Joskin nous a mis à disposition une benne TP KTP Trans 22/50. Nous avons chargé des gravats sur la ferme et 22 tonnes de graviers type 0/80 à la carrière. L’ensemble sur la bascule pèse 38 t, soit plus de 8 t pour le tracteur et 7,5 tonnes pour la benne.

  • Pour mieux apprécier toute la puissance de l’Agrotron, nous avons broyé des têtes de roche avec un Bugnot BPM 2450 doté d’une entrée de 2,45 m et un rotor de 2 m de large. Notre tracteur était équipé des vitesses rampantes.

    Pour mieux apprécier toute la puissance de l’Agrotron, nous avons broyé des têtes de roche avec un Bugnot BPM 2450 doté d’une entrée de 2,45 m et un rotor de 2 m de large. Notre tracteur était équipé des vitesses rampantes.

  • Pour répondre à la norme Tier 4F, le bloc Deutz AG de 6,06 l est muni d’une vanne EGR externe, du SCR et d’un filtre à particules passif (pas de régénération active, ni d’injection de GNR).

    Pour répondre à la norme Tier 4F, le bloc Deutz AG de 6,06 l est muni d’une vanne EGR externe, du SCR et d’un filtre à particules passif (pas de régénération active, ni d’injection de GNR).

  • Les radiateurs en aluminium s’ouvrent en porte feuille pour faciliter l’entretien. L’ouverture est assistée par vérins à gaz.

    Les radiateurs en aluminium s’ouvrent en porte feuille pour faciliter l’entretien. L’ouverture est assistée par vérins à gaz.

  • Le moteur entraîne la transmission RCShift. Une gestion électronique adaptative optimise le rendement du tracteur et sélectionne le meilleur rapport de démultiplication en fonction des applications.

    Le moteur entraîne la transmission RCShift. Une gestion électronique adaptative optimise le rendement du tracteur et sélectionne le meilleur rapport de démultiplication en fonction des applications.

  • L’accès en cabine se fait par l’intermédiaire de 4 marchepieds. Il est sécurisé par des barres.

    L’accès en cabine se fait par l’intermédiaire de 4 marchepieds. Il est sécurisé par des barres.

  • La cabine, dont la structure est à six montants, est bien agencée. L’ergonomie des commandes respecte des codes couleurs pour distinguer les différentes fonctions (orange moteur/transmission, vert : relevage, bleu : hydraulique et jaune : prise de force).

    La cabine, dont la structure est à six montants, est bien agencée. L’ergonomie des commandes respecte des codes couleurs pour distinguer les différentes fonctions (orange moteur/transmission, vert : relevage, bleu : hydraulique et jaune : prise de force).

  • L’accoudoir MaxCom regroupe l’intégralité des commandes. La paume de la main repose sur le joystick. Le pouce est libre pour gérer l’inverseur, le relevage, deux distributeurs hydrauliques, ou encore une vitesse cible (cruise).

    L’accoudoir MaxCom regroupe l’intégralité des commandes. La paume de la main repose sur le joystick. Le pouce est libre pour gérer l’inverseur, le relevage, deux distributeurs hydrauliques, ou encore une vitesse cible (cruise).

  • Sous le couvercle de l’accoudoir prennent place les commandes auxiliaires du relevage, de l’hydraulique et le bouton de gestion des 4 modes de conduite de la transmission.

    Sous le couvercle de l’accoudoir prennent place les commandes auxiliaires du relevage, de l’hydraulique et le bouton de gestion des 4 modes de conduite de la transmission.

  • Toutes les informations du tracteur, et particulièrement de la transmission, sont concentrées derrière le volant, sur le tableau de bord. Au milieu prend place l’écran Info Center Pro. On retrouve la gamme et la vitesse powershift, des informations sur le moteur ou encore la vitesse réelle… etc.

    Toutes les informations du tracteur, et particulièrement de la transmission, sont concentrées derrière le volant, sur le tableau de bord. Au milieu prend place l’écran Info Center Pro. On retrouve la gamme et la vitesse powershift, des informations sur le moteur ou encore la vitesse réelle… etc.

  • La console se compose de quelques fonctions comme les sélecteurs des régimes de prise de force ou encore la gestion pas à pas du relevage.

    La console se compose de quelques fonctions comme les sélecteurs des régimes de prise de force ou encore la gestion pas à pas du relevage.

  • Le capot moteur est séparé de la cabine, dans le but de limiter les transmissions de chaleurs, et diminuer au maximum le bruit en cabine.

    Le capot moteur est séparé de la cabine, dans le but de limiter les transmissions de chaleurs, et diminuer au maximum le bruit en cabine.

  • Le pont avant suspendu est redessiné. La course des vérins est de 120 mm et le bras de pivot sur lequel est fixé le pont Dana est plus long que l’ancienne génération.

    Le pont avant suspendu est redessiné. La course des vérins est de 120 mm et le bras de pivot sur lequel est fixé le pont Dana est plus long que l’ancienne génération.

  • Le relevage avant, proposé en option, dispose d’une capacité de levage de 4,7 tonnes. De fabrication Sauter, il est intégré au tracteur.

    Le relevage avant, proposé en option, dispose d’une capacité de levage de 4,7 tonnes. De fabrication Sauter, il est intégré au tracteur.

  • Le relevage avant est doté de prises électriques, Isobus et d’une alimentation 12 Volts.

    Le relevage avant est doté de prises électriques, Isobus et d’une alimentation 12 Volts.

  • Pour les travaux, le 6205 est muni de 6 phares à l’avant et quatre à l’arrière. Les phares au bout du capot sont hérités du design automobile.

    Pour les travaux, le 6205 est muni de 6 phares à l’avant et quatre à l’arrière. Les phares au bout du capot sont hérités du design automobile.

  • Le relevage arrière de catégorie 3 a une capacité annoncée à 9,7 tonnes.

    Le relevage arrière de catégorie 3 a une capacité annoncée à 9,7 tonnes.

  • Les commandes extérieures se distinguent par des codes couleurs. Pour déverrouiller le relevage, il suffit d’appuyer sur les deux boutons verts en même temps.

    Les commandes extérieures se distinguent par des codes couleurs. Pour déverrouiller le relevage, il suffit d’appuyer sur les deux boutons verts en même temps.

  • Notre tracteur était équipé d’un freinage pneumatique, d’un système hydraulique Power Beyond, et de 4 distributeurs répartis de chaque côté du troisième point.

    Notre tracteur était équipé d’un freinage pneumatique, d’un système hydraulique Power Beyond, et de 4 distributeurs répartis de chaque côté du troisième point.

  • Petit détail mais qui fait parfois la différence, les coussins de la suspension de cabine sont protégés par une bavette en caoutchouc.

    Petit détail mais qui fait parfois la différence, les coussins de la suspension de cabine sont protégés par une bavette en caoutchouc.

  • La caisse à outils est astucieusement fixée au-dessus du réservoir, côté accès cabine.

    La caisse à outils est astucieusement fixée au-dessus du réservoir, côté accès cabine.

  • Le Deutz-Fahr série 6 doté de la transmission RCShift roule à 44 km/h à 1200 tr/min. C’est silencieux et économique.

    Le Deutz-Fahr série 6 doté de la transmission RCShift roule à 44 km/h à 1200 tr/min. C’est silencieux et économique.

  • Le constructeur a tout pensé pour permettre au tracteur de s’adapter aux besoins du chauffeur.

    Le constructeur a tout pensé pour permettre au tracteur de s’adapter aux besoins du chauffeur.

Agencement. Le niveau de finition est haut de gamme. Les commandes sont regroupées sur l’accoudoir MaxCom, avec code couleur et pictogrammes clairs. Le terminal iMonitor (en option) prend place au bout de l’accoudoir.
Contrôle. Le levier est mobile d’avant en arrière pour gérer la transmission. Le pouce est libre pour piloter, entre autres, le relevage, 2 distributeurs hydrauliques et l’inverseur.
Ergonomie. Le tableau de bord sur fond noir apporte de nombreuses informations. Au milieu, l’écran « Info Center Pro » rend possible l’utilisation de l’Agrotron Série 6 sans le terminal iMonitor de 12 pouces.
Agencement. L’accoudoir MaxCom est ajustable pour s’adapter à la physionomie du chauffeur. L’agencement est commun aux versions TTV et RCShift des séries 6,7 et 9, avec distributeurs électrohydrauliques.
Normes. La série 6 répond à la norme Tier4F. Le tracteur peut travailler 1 h 30 sans AdBlue, permettant de rentrer à la ferme pour faire le plein. © I
Une transmission facile à prendre en main

Une transmission facile à prendre en main

Paramètres.
Pilotage. Le passage d’un mode de conduite à l’autre se gère avec le bouton APS, visible une fois le couvercle relevé.
Conception. La transmission bénéficie de 4 modes : manuel, semi-auto, et deux 100 % automatisés champ et route.
Complet. L’écran Info Center Pro appporte toutes les informations sur le moteur et la transmission.
Cruise. Une vitesse cible est mémorisable en marche avant et en marche arrière, ainsi que deux régimes moteur.
Levier. Le levier des vitesses rampantes est positionné derrière le siège. Il s’active aisément, sans forcer.
Le récap
Les points positifs
  • Transmission robotisée bien étagée

  • Gestion moteur/transmission intelligente

  • Passage d’un mode à l’autre en roulant

  • Force de traction et confort de conduite

  • Tableau de bord clair et précis

Les points négatifs
  • Maniabilité (rayon de braquage)

  • Position du bouton de changement des modes de conduite

  • Visibilité sur le piton et la masse avant

  • Frein à main positionné trop en arrière

  • Hauteur première marche avec une monte de 42 pouces

Fiche technique
    Moteur

    Deutz AG : 6,06 l Tier4F (Fap, EGR, SCR) ready Stage 5

    Puissance maxi : 207 ch

    Transmission

    RCShift ZF TPT 20

    Semi-powershift robotisée : 30/15 + rampantes

    5 gammes robotisées (1 à 5) et 6 powershift (A à F)

    Hydraulique

    160 l/min, 5 DE ar + 2 av proportionnel

    Relevage

    9,7 tonnes

    Cat 3

    PDF

    4 régimes

Les options

Terminal iMonitor.

Freins à disque à sec sur le pont avant.

Relevage et PDF avant.

Phares à Led.

Rétroviseurs électriques.

Inverseur et position neutre

L’inversion du sens de marche se gère au volant ou au joystick. Pour le second cas, l’inverseur au volant doit être au neutre. En cas de problème avec la transmission, un bouton neutre « N » est positionné au centre de l’accoudoir.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !