Yohan Baudoin est polyculteur-éleveur dans les Deux-Sèvres. Du fait de la sécheresse, sa récolte d’ensilage d’herbe a été inférieure de moitié à une année normale. Sur son exploitation, il prévoit une deuxième coupe pour compenser la quantité perdue. De ce fait, il ne pourra pas implanter de tournesol, et estime à 35 000 € au minimum le manque à gagner.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !