Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sous la menace d’un boycott dans le ramassage

réservé aux abonnés

Le marasme qui sévit sur la filière du veau de boucherie depuis de longs mois a entraîné une forte dépression dans la valorisation des petits veaux. Les excédents français de veaux de 14 jours, mais également ceux des autres pays européens, prennent le chemin du marché espagnol dont les capacités de production sont saturées. Il en résulte un engorgement du marché.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 1 commentaires
Jean-Jacques GENDRY

Je ne crois pas à un boycott, les collecteurs de veaux (négociants privés ou estimateurs de coop) sont des acteurs profondément solitaire dans les prises de décision. Chacun, observera l'autre puis se précipitera chez l'éleveur laitier pour collecter le ou les veaux bons à être commercialisés. En effet, les intégrateurs ont toujours des besoins, certes réduits à cette période, mais ils trouveront malgré tout des fournisseurs "dissidents" pour leur apporter les jeunes veaux pour leurs ateliers d'engraissement.
En revanche, il serait plus opportun de s'interroger sur une nouvelle introduction de la prime "Hérode" qui avait été mise en place en 1997 et qui permettait de sortir "dignement" et par le haut tous les veaux inaptes à l'engraissement.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct
Afficher toutes les actualités


Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER